Publicité

Les régimes riches en calcium et en potassium semblent contribuer à prévenir les calculs rénaux à répétition (étude)

ROCHESTER (MINNESOTA, USA) Les calculs rénaux (appelés aussi calculs urinaires) peuvent non seulement provoquer des douleurs atroces, mais aussi être associés à une maladie rénale chronique, à l’ostéoporose et aux maladies cardiovasculaires. Si vous avez déjà eu un calcul rénal, vous avez 30% de risque d’en avoir un autre dans les cinq ans. Des modifications du régime alimentaire sont souvent prescrites pour prévenir les calculs rénaux symptomatiques récurrents. Cependant, peu de recherches sont disponibles concernant les changements de régime alimentaire pour les personnes qui ont eu un incident de formation de calculs rénaux par rapport à celles qui ont des incidents récurrents. Des chercheurs de la Mayo Clinic ont conçu une étude prospective pour étudier l’impact des changements alimentaires. Leurs résultats, publiés dans Mayo Clinic Proceedings (DOI : 10.1016/j.mayocp.2022.04.016) le 1er août 2022, montrent que l’enrichissement du régime alimentaire en aliments riches en calcium et en potassium peut prévenir les calculs rénaux symptomatiques récurrents. Creapharma.ch a pu poser en exclusivité quelques questions au professeur de médecine de la Mayo Clinic Dr John Lieske, l’un des co-auteurs de l’étude.

Publicité

Les régimes riches en calcium et en potassium peuvent contribuer à prévenir la récurrence des calculs symptomatiques (étude de la Mayo Clinic)

Faible taux de calcium et de potassium alimentaires : un facteur de risque

Les facteurs alimentaires ont été déterminés à partir d’un questionnaire administré à 411 patients ayant eu des calculs rénaux symptomatiques pour la première fois et à un groupe témoin de 384 personnes – tous ayant été vus à la Mayo Clinic de Rochester et à la Mayo Clinic de Floride entre 2009 et 2018. Les résultats ont montré qu’une consommation plus faible de calcium et de potassium alimentaires, ainsi qu’une consommation plus faible de liquides, de caféine et de phytate (acide phytique), étaient associées à une probabilité plus élevée de calcul rénal symptomatique.

Parmi les patients ayant eu une première formation de calculs, 73 ont eu des calculs récurrents au cours d’une période médiane de suivi de 4,1 ans. Une analyse plus poussée a révélé que des niveaux plus faibles de calcium et de potassium alimentaires prédisaient la récurrence.

« Ces conclusions sur l’alimentation peuvent revêtir une importance particulière car les recommandations pour la prévention des calculs rénaux ont été basées principalement sur des facteurs alimentaires associés à la formation initiale de calculs plutôt qu’à leur récurrence », explique Andrew Rule, M.D., néphrologue à la Mayo Clinic et auteur principal de l’étude. Selon le chercheur, les patients ne sont peut-être pas susceptibles d’ajuster leur régime alimentaire pour prévenir une incidence de calculs rénaux, mais ils sont plus susceptibles de le faire si cela peut aider à prévenir les récidives.

Les régimes riches en calcium et en potassium peuvent contribuer à prévenir la récurrence des calculs symptomatiques (étude de la Mayo Clinic)

Importance de l’apport en liquide

L’apport en liquide de moins de 3,4 l par jour est associé à la première formation de calculs, tout comme l’apport en caféine et le phytate, selon l’étude. L’apport quotidien en liquide comprend l’apport d’aliments tels que les fruits et les légumes.

Une faible consommation de liquide et de caféine peut entraîner un faible volume d’urine et une augmentation de sa concentration, ce qui contribue à la formation de calculs. Le phytate est un composé antioxydant présent dans les céréales complètes, les noix et d’autres aliments. Il peut entraîner une augmentation de l’absorption du calcium et de l’excrétion urinaire du calcium.

Influence de l’alimentation

« Modifier son régime alimentaire pour prévenir les calculs rénaux peut être très difficile », explique le Dr Rule. Mais, connaître les facteurs alimentaires les plus importants pour prévenir la récidive des calculs rénaux peut aider les patients et les prestataires à mieux définir leur priorité.

Un faible taux de calcium et de potassium alimentaires était un facteur prédictif plus important que l’apport en liquide de la formation récurrente de calculs rénaux, explique Api Chewcharat, M.D., premier auteur de l’article et chercheur postdoctoral à la Mayo Clinic au moment de l’étude. « Cela ne veut pas dire qu’un apport élevé en liquide n’est pas important. Nous n’avons simplement pas trouvé d’avantages à augmenter l’apport en liquide chez les patients ayant des antécédents de formation de calculs rénaux. »

Davantage de fruits et de légumes riches en calcium et en potassium

L’étude conclut que les régimes comportant un apport quotidien de 1’200 mg (ou 1,2 g) de calcium peuvent aider à prévenir les calculs rénaux initiaux et récurrents. Cet apport quotidien est conforme à l’alimentation quotidienne recommandée par le ministère de l’Agriculture. Bien qu’un apport plus élevé en potassium soit également recommandé, l’USDA ne formule pas de recommandation concernant l’apport quotidien en potassium. L’étude ne recommande pas non plus de niveau d’apport.

Liste d’aliments

Selon le Dr Chewcharat, les patients devraient ajouter à leur régime alimentaire davantage de fruits et de légumes riches en calcium et en potassium. Les fruits riches en potassium sont les bananes, les oranges, les pamplemousses, les cantaloups, les melons et les abricots. Les légumes comprennent les pommes de terre, les champignons, les petits pois, les concombres et les courgettes. En général, les aliments riches en calcium qui seraient utiles pour la prévention des calculs, comprennent les produits laitiers tels que le lait à faible teneur en matières grasses, le yaourt et le fromage.

Publicité

Risque avec un excès de potassium ?

En général, les individus peuvent se débarrasser de beaucoup de potassium par leurs reins, à moins que la fonction rénale ne soit nettement réduite. La gamme d’apports en potassium se situerait plus ou moins dans le spectre normal que les gens obtiennent dans leur alimentation. Le Prof. John Lieske de la Mayo Clinic explique à Creapharma.ch : « Nous ne nous attendons pas à ce que cela soit un problème, sauf si le patient souffrait d’une maladie rénale chronique de stade IV ou 5. En général, ces personnes seraient connues et devraient être suivies par un spécialiste des reins. »

Et en complément alimentaire ?

Creapharma.ch a interrogé le Prof. John Lieske afin de savoir si la prise de compléments alimentaires à base de potassium et calcium pourrait s’avérer aussi efficace. Il relève que les études suggèrent que si le calcium alimentaire peut réduire le risque de calculs rénaux, les suppléments de calcium sous forme de pilules l’augmentent probablement dans une certaine mesure. Il explique : « Nous préférons que nos patients souffrant de calculs obtiennent leur calcium par des sources naturelles, y compris les produits laitiers. Les études qui examinent l’apport en potassium et le risque de calculs rénaux, comme la nôtre, portent également sur les sources alimentaires, par opposition aux suppléments. On ne sait pas si un supplément de potassium sous forme de pilule aurait le même effet bénéfique. Un grand nombre d’aliments riches en potassium sont des fruits et des légumes qui contiennent également beaucoup de citrate, lequel protège également des calculs. Ainsi, il peut également être important de savoir comment vous obtenez votre potassium. »

Risque de développer d’autres maladies

Creapharma.ch a demandé au Prof. John Lieske pourquoi les calculs rénaux sont associés à des maladies rénales chroniques, à l’ostéoporose et aux maladies cardiovasculaires. Le spécialiste américain note que l’excrétion de grandes quantités de calcium dans l’urine est un facteur de risque courant de calculs rénaux calciques et ce phénomène est souvent de nature familiale ou génétique. Il relève que bien que les mécanismes soient en cours d’élucidation, il est probable qu’un grand nombre des causes génétiques sous-jacentes soient liées au métabolisme du calcium et peuvent également augmenter le risque de perte osseuse au fil du temps. Il explique : « Au fur et à mesure que des études seront réalisées au cours des prochaines années, je pense que nous comprendrons mieux cette association sur une base relativement spécifique ». Bien que l’association entre les événements cardiovasculaires et les calculs rénaux ait été faite dans de nombreuses études, les raisons exactes ne sont pas entièrement claires. Il est certain qu’une partie de cette association est liée à des facteurs de risque sous-jacents communs comme l’obésité, le syndrome métabolique et le diabète. Autant de facteurs de risque connus à la fois pour les calculs rénaux et les événements cardiovasculaires.

Bons conseils

En plus d’essayer de consommer des aliments riches en calcium et en potassium, comme l’a montré cette étude, le Prof. John Lieske relève 2 autres conseils importants pour prévenir les calculs rénaux : boire beaucoup pour excréter du calcium et de l’oxalate à l’origine des caillots et diminuer sa consommation de sel, probablement une autre cause de caillots rénaux.

Références & Sources :
Mayo Clinic (communiqué de presse en anglais), étude : Mayo Clinic Proceedings (DOI : 10.1016/j.mayocp.2022.04.016), interview réalisé par Xavier Gruffat (pharmacien) en anglais début août 2022 avec le Prof. John Lieske (interview en anglais à lire sur note site en anglais Creapharma.com).

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Seheno Harinjato (rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies), Xavier Gruffat (pharmacien, rédacteur en chef de Creapharma.ch).

Date de dernière mise à jour du dossier :
03.08.2022

Publicité

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2022 Pixabay. Image d’illustration.

Crédit infographie : 
Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch).

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 03.08.2022
Publicité