Poux du pubis

Définition

Définition poux du pubisLe pou du pubis (Phtirius inguinalis) ou morpion est un insecte qui vit préférentiellement dans la région pubienne. Il se nourrit de sang humain en perforant la peau de la personne parasitée. En même temps, il répand une substance pouvant être à l’origine d’une sensation de démangeaison ou d’une inflammation cutanée. C’est la pédiculose ou phtiriase.
Le pou du pubis mesure entre 1 à 3 mm (souvent < 2 mm), sa taille est plus petite que les poux de tête et poux de corps. Il a une forme qui se rapproche de celle des crabes, de type trapue.

Sa durée de vie est de deux semaines. Il a deux paires de pattes qui lui permettent de s’agripper sur les poils.

Le pou adulte peut pondre au niveau de la base des poils de son hôte jusqu’à 25 œufs (lentes) par jour. Leurs nouveau-nés éclosent six à huit jours après la ponte. Le morpion préfère s’abriter dans la région poilue du pubis, parfois on peut le trouver autour de l’anus, dans les aisselles, le thorax, les barbes ou les sourcils.

Causes & Transmissions

Causes des poux du pubisTransmission sexuelle 
Vous ne pouvez contracter les poux du pubis que par des contaminations exclusivement interhumaine. En effet, seul l’homme peut être infecté de façon directe ou indirecte. La transmission directe se fait par le contact d’homme à homme touchant surtout les individus sexuellement actifs. La relation sexuelle avec une personne contaminée est donc très fréquemment incriminée. C’est pour cela que le pou du pubis fait partie des maladies sexuellement transmissibles (MST). Les relations sexuelles sont les principales sources de transmission des poux du pubis.

Autre voies de transmission 
Les poux du pubis ou morpions peuvent, mais plus rarement que la voie sexuelle, se contracter de manière indirecte par des vêtements, des serviettes, des literies ou d’autres articles contaminés. Loin de son hôte qu’est l’homme, un morpion adulte meurt en moins de 24 heures, les lentes quant à elles peuvent résister pendant 8 jours.
Remarquons que des poux du pubis présents sur les cuvettes des toilettes ne peuvent pas être transmis à un être humain.

Contrairement aux autres poux, la bonne hygiène ou le préservatif ne vous protège pas contre le morpion. Le contact étroit avec l’individu ou les objets contaminés peut suffire pour l’attraper.

Symptômes

Localisation des symptômes
Les symptômes se manifestent essentiellement au niveau du pubis, et plus rarement sur les poils courts de l’anus, la poitrine (thorax), les aisselles, les barbes, les cils ou les sourcils.

Symptôme principal 
Le signe précoce et principal est celui de la phtiriase, une forte démangeaison permanente. Elle est associée à la rougeur et à l’enflure de la peau. Les démangeaisons ont tendance à s’intensifier pendant la nuit.

Durée symptômes 
Notons que la sensation de prurit peut durer quelque temps après votre traitement. Pourtant, certaines personnes atteintes de morpions ne le sentent pas.

Complications
– Le fait de se gratter risque de causer de petites plaies qui peuvent se compliquer et entraîner la formation de pus. Par ailleurs, vous pouvez apercevoir les morpions comme de petits points de couleur rouille et les lentes sous forme de points pelliculaires fixés près de la base des poils du pubis. Ils sont plus facilement reconnaissables puisqu’ils sont souvent nombreux.
– Vous pouvez également voir des points bleus sur la surface cutanée, ce sont les traces de morsure des morpions.
– Des particules brunâtres ou noirâtres peuvent se déposer au fond de votre slip. On les nomme «signe du slip», elles correspondent aux déjections des morpions.
– Une fièvre peut survenir suivant l’importance de l’infection.
– Dans de rares cas, les enfants peuvent être atteintes d’une blépharite c’est-à-dire d’une inflammation du bord libre de la paupière où se fixent les morpions.
– En outre, l’existence des manifestations d’autres maladies sexuellement transmissibles (MST) est possible.

Traitements

Traitements des poux du pubis selon les recommandations européennes (European guideline, voir références en bas du dossier) – Recommandations datant de 2017

Première ligne (en anglais : First line therapy
– Perméthrine 1% (Loxazol®, dans certains pays comme la Suisse, il s’agit d’une utilisation off-label car enregistré seulement pour le traitement des poux de tête). Laiser agir 10 minutes puis rincer, répéter 7 à 10 jours plus tard.
– Pyréthrines à butoxyde de pipéronyle (en anglais : Pyrethrins with piperonyl butoxide).  Laiser agir 10 minutes puis rincer, répéter 7 à 10 jours plus tard.

Deuxième ligne (Second line therapy)
– Phénotrine 0.2% (ex. en France Parasidose shampoing), laisser agir 2 heures puis rincer.
– Malathion 0.5% (ex. Prioderm®), laisser agir env. 12 heures puis rincer.
– Ivermectine en prise orale à la dose de 250 ou 400 µg/kilo en 1 seule prise, à répéter 7 jours plus tard. La dose de 400 µg/kilo en 1 seule prise est conseillée surtout lors de cas graves.

Autres thérapies (Other therapies)
– Il existe dans certains pays comme aux Etats-Unis des traitements topiques par ivermectine 0.5% (Sklice lotion, enregistré aux Etats-Unis pour pédiculose du cuir chevelu) ainsi que par du benzoate de benzyle en lotion à 25%. En 2017, ces traitements topiques faisaient encore l’objet de discussion par rapport à son efficacité. C’est une raison pourquoi ces recommandations européennes les classent sous Autres thérapies et non pas en première ou deuxième ligne.

Remarques sur les traitements : 
– Les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants, ou l’asthmatique ont aussi besoin de recommandations particulières de la part des professionnels de santé. Il en est de même pour les plaies qu’elles soient infectées ou non.
– Il a été constaté que les morpions sont de moins en moins sensibles aux insecticides. De ce fait, les praticiens ont tendance à adopter la méthode mécanique dénuée d’effet néfaste. Une crème grasse, genre vaseline ou dimeticone (lire aussi notre dossier complet sur les poux de tête), ayant une propriété asphyxiante pour les morpions quand elle est appliquée pendant dix jours.
– Par ailleurs, l’enlèvement de toutes les lentes, à l’aide d’une pince à épiler ou un peigne fin, vous aide à éradiquer totalement ces poux. Le rasage n’est pas systématique, mais renforce le traitement.

Poux des cils 
Pour la pédiculose des cils (phthiriasis palpebrarum), les traitements suivants sont recommandés, comme le résume le site Pharmavista.net en décembre 2017 :
– ivermectine en prise orale à 2 doses de 200 µg/kilo à une semaine d’intervalle.
– perméthrine 1% (Loxazol®, utilisation hors-label), appliquer sur les cils, laisser agir 10 minutes puis rincer.
– pommade ophtalmique à base de paraffine ou avec oxyde jaune de mercure : une application topique 2 x par jour pendant 8-10 jours serait efficace pour asphyxier les parasites. Les poux morts et les lentes doivent être retirés manuellement.

Phytothérapie

Les pyréthrines naturelles sont des substances extraites à partir de fleurs de pyrèthre. Conditionnées en lotion spray avec les pyréthrinoides de synthèse, elles tuent à la fois tous les poux et les lentes avec une seule application. Vaporisez entièrement la zone infectée à l’aide de brèves pressions. Ensuite, procédez à un nettoyage avec du savon. Rincez à grande eau après avoir laissé agir le produit pendant une demi-heure. Il est conseillé de refaire la cure après huit à dix jours.

Vous pouvez aussi mettre de l’huile de noix de coco dans la zone à traiter.

C’est une technique qui vise à suffoquer les parasites. Par ailleurs, la lavande a des vertus permettant de soulager les gênes générées par les morpions. Rasez d’abord les poils du pubis, puis mettez-y la lotion de fleurs mélangées avec du vinaigre.

Bons conseils & Prévention

Le premier moyen de lutte contre les morpions est la prévention :

– évitez les relations intimes suspectes.

– n’utilisez que vos propres linges.

Si vous contractez les morpions :

– abstenez-vous des grattages intempestifs pour éviter les plaies. Elles deviendront des portes d’entrée pour les microbes.

– entamez dès que possible le traitement, car c’est la seule voie de guérison la plus efficace.

– abstenez-vous de rapports sexuels jusqu’à la guérison.

– faites des analyses pour détecter et traiter d’autres maladies vénériennes (MST) comme le VIH, les hépatites (B et C) ou la syphilis. Ce conseil s’applique aussi à votre partenaire sexuelle.

– incitez votre partenaire à se faire examiner et soigner.

– lorsque les traitements faits à plusieurs reprises échouent, méfiez-vous des effets des produits chimiques et consultez un professionnel de la santé.

– lavez les vêtements, sous-vêtements, serviettes (linges) et draps de lit à 60° (ou par nettoyage à sec). Il est aussi possible d’enfermes tous ces textiles dans un sac plastique étanche pendant environ 3 jours.

Lire aussi : MST, poux de tête

Sources & Références : 
Pharmavista.net (site suisse sur les médicaments de référence)
Référence : European guideline for the management of pediculosis pubis. J Eur Acad Derm Venereol., 2017; 31: 1425-28

Comment traduit-on le pou du pubis dans d’autres langues ?
Lire aussi :




Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 11.12.2017