Fer

Publicité



Noms de l’oligo-élément

Nom français : fer
Nom scientifique (chimique) : Fe

Publicité

Gale résumé

Dans quels nutriments peut-on le trouver ?
– Viande, foie, jaune d’oeuf, poisson, volailles, légumes à feuilles vertes, haricots séchés, spiruline.
Lire aussi : 7 aliments riches en fer

Dose journalière recommandée

Dose journalière recommandée, nommé aussi AQR pour apport quotidien recommandé :
– 10 mg chez l’homme
– 15 mg chez la femme (besoin augmenté suite aux pertes menstruelles ou en cas de grossesse), certains sources médicales parlent d’une consommation de 18 mg par jour de fer chez la femme avant la ménopause (dose recommandée chez les femmes souffrant de syndrome prémenstruel, lire sous remarques)

Indications

Anémie (ferriprive), femme enceinte (car besoin en fer augmenté), syndrome prémenstruel (lire sous remarques), règles abondantes chez la femme, maladies provoquant des saignements comme des ulcères, cancers, syndrome des jambes sans repos, fatigue.

Effets / mode d’action

– Permet le développement et le bon fonctionnement de l’hémoglobine (molécule des globules rouges qui fixe l’oxygène) et de la myoglobine.

Problèmes en cas de carence

Carence en fer (manque de fer)
Anémie ferriprive (symptômes typiques : pâleur, fatigue, problèmes de respiration), aphtes, etc.

Problèmes en cas d’excès

– Problèmes de foie et de coeur, hémochromatose (causé par des problèmes d’absorption du fer trop important, symptôme typique : peau pâle, fatigue), diabète de type 2 si fer consommé sous forme de viande ou volailles (lire aussi sous Remarques).

Remarques

– Les préparations (médicaments) à base de fer peuvent provoquer des effets secondaires comme de la constipation, une diarrhée ou encore des maux de ventre. Même si le fer est mieux résorbé à jeun il est conseillé, en cas d’effets secondaires, de prendre les préparations à base de fer avec les repas.

– Le fer sous sa forme Fe2+ est mieux absorbé que sous la forme Fe3+ (aussi nommé fer ferrique).

– Les problèmes d’anémie peuvent provenir d’une alimentation trop pauvre en fer ou d’un problème dans l’absorption du fer.

– Le corps humain est incapable de synthétiser le fer, un apport externe est donc nécessaire.

– Une étude américaine parue en février 2013 dans l’American Journal of Epidemiology a montré que la consommation de fer d’origine végétale diminuait d’un tiers le risque de souffrir de syndrome prémenstruel. Cette étude a porté sur 3’000 femmes et s’est déroulée sur 10 ans. On peut trouver du fer d’origine végétale par exemple dans les légumes à feuilles vertes, les haricots séchés ou dans la spiruline (une algue).
Le risque de développer un syndrome prémenstruel a chuté de façon importante chez les femmes consommant plus de 20mg de fer par jour. Le risque le plus bas a même été observé chez des femmes prenant plus de 50 mg par jour de fer.
Toutefois, selon Mme Bertone-Johnson qui a participé à l’étude, la prise quotidienne maximale recommandée chez les femmes se trouvant avant la ménopause est de 18 mg par jour.
Il est important de ne pas dépasser la dose quotidienne de fer pour éviter des effets secondaires, parfois dangereux pour la santé.

Selon les chercheurs, la prise de fer (et d’autres minéraux efficaces pour soigner le SPM comme le magnésium, le zinc ou le calcium) peut s’effectuer par l’alimentation ou grâce à des compléments alimentaires. L’étude ayant porté sur du fer d’origine végétale, il serait préférable également de consommer des compléments alimentaires avec du fer d’origine végétale (du fer non lié à l’hème, une molécule qu’on retrouve plutôt dans le fer d’origine animale).

Prise de sang du fer
Il est intéressant de savoir qu’il est facile de mesurer la concentration sanguine de fer par une simple prise de sang. Votre médecin pourra donc contrôler votre taux de fer dans l’organisme, et s’il est trop bas vous prescrire des compléments alimentaires ou médicaments à base de fer, ou encore mieux vous inciter à consommer des aliments riches en fer.

– Dans certains cas, le patient devra prendre du fer sous forme injectable (en intraveineux). Ces cas sont réservés en général aux personnes ayant des troubles de l’absorption du fer ou d’autres maladies, le médecin vous conseillera.

– Aux Etats-Unis, on estime qu’environ 10 millions d’Américains présentent une carence en fer, soit un peu moins de 3% de la population (données pour 2017).

– Une étude réalisée en 2017 par la Duke-NUS Medical School à Singapour a montré que consommer de la viande et de la volaille augmentait le risque de diabète (de type 2). Le fer, dans sa forme d’hème, qu’on retrouve en quantité importante dans la viande et la volaille expliquerait en partie cette augmentation du risque de souffrir de diabète. Cette étude a été publiée le 22 août 2017 dans le journal American Journal of Epidemiology.

Publicité

Lire aussi : 7 aliments riches en fer

Sources (références):
Prevention (magazine américain de santé), American Journal of Epidemiology

Le fer en d’autres langues que le français : iron (en anglais) – ferro (en portugais)

Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 20.09.2017