Herpès labial



Que faire en cas d’herpès labial

Que faire en cas d'herpès labial1. La première chose à faire est d’appliquer dès les premiers symptômes (picotement, douleurs dans la lèvre) une crème à base d’aciclovir (par ex. Zovirax® ou ses génériques) sur l’endroit où débute l’herpès labial.
Appliquez une quantité de cette crème identique à une tête d’épingle et répétez son application chaque 4 heures, avec une pause pendant la nuit.


2. Ensuite, une fois les vésicules d’herpès bien visibles, vous pouvez continuer l’application d’une crème à base d’aciclovir ou d’un autre antiviral (valaciclovir) mais vous pouvez aussi utiliser une crème à base de sulfate de zinc pour assécher les vésicules d’herpès (à appliquer de préférence dès les premiers symptômes) ou des patchs invisibles (par ex. Compeed® Boutons de Fièvre), efficaces pour favoriser le processus de cicatrisation.
Il est également possible d’utiliser une crème à base de mélisse comme alternative naturelle.

3. Finalement, tout au long de l’herpès labial et de ses symptômes désagréables, appliquer un glaçon sur les vésicules de l’herpès labial permet de calmer les douleurs et de diminuer le développement des virus.

Résumé

L’herpès labial est une maladie infectieuse provoquée la plupart du temps par le virus HSV1. C’est une maladie très contagieuse touchant une partie importante de la population. L’herpès se manifeste souvent par poussées, en moyenne 4 à 6 par an. Certains facteurs favorisent ces poussées comme la fièvre, une exposition au soleil, le stress ou les règles.

Les symptômes de l’herpès labial se caractérisent par des petites vésicules, précédées souvent d’une douleur.

Le traitement médicamenteux est souvent décevant, car peu efficace. Certaines crèmes et pansements permettent toutefois d’atténuer les symptômes.

Des bons conseils comme l’utilisation de crème solaire (notamment au niveau des lèvres) aident à prévenir la survenue de l’herpès.

A lire : 7 bons conseils pour prévenir les boutons de fièvre en hiver

Définition

Définition de l'herpès labialL’herpès labial (ou buccal), appelé aussi bouton de fièvre, est une maladie infectieuse provoquée par un virus (DNA virus en anglais ou virus à ADN) nommé herpes simplex virus de type I (HSV1). Remarquons que le virus herpes simplex virus de type II (HSV2) peut aussi occasionnellement être responsable de l’herpès labial, même s’il provoque habituellement l’herpès génital.

L’herpès labial est une maladie infectieuse qui s’avère être très contagieuse lors de contact direct avec les lésions d’une personne à l’autre ou lors de sécrétions de salive (sous forme de gouttelettes).

Il faut noter que le virus reste “caché” au niveau du tapi dans des ganglions à la base du cou et peut réapparaître à n’importe quel moment.

Epidémiologie

– On estime que 70 à 90% (environ 90% en Suisse ou aux Etats-Unis) des adultes du monde entier sont porteurs du virus de l’herpès HSV1, mais sans pour autant que la maladie ne se manifeste dans tous les cas. En effet, l’herpès labial se développe sous forme de symptômes chez seulement environ 10% des personnes.
Selon l’OMS, plus de 3,7 milliards de personnes, soit 67% de la population des moins de 50 ans, sont infectées par le virus Herpes simplex de type 1 (HSV1).
Lire aussi : Plus de deux tiers des moins de 50 ans souffrent d’herpès (OMS)

– Une étude a montré que 50% des enfants ont déjà contracté le virus de l’herpès labial avant l’âge de 12 ans. Les enfants ont l’habitude de mettre des objets dans la bouche y compris de boire dans le verre d’autres personnes (ex. d’un adulte).

– En France, on estime que plus de 7 millions de personnes (plus de 10% de la population) sont touchées par l’herpès labial.

– La maladie, sous sa forme symptomatique (visible et douloureuse), se manifeste en général sous forme de poussée 4 à 6 fois par an.

– Les poussées d’herpès labial ont tendance à diminuer après l’âge de 35 ans.

Cause

Cause des boutons de fièvreL’herpès labial est causé par un virus, HSV1 en général, qui se transmet par contact direct avec une personne infectée. Le virus de l’herpès labial est souvent contracté pendant l’enfance. Le HSV1 est un virus à ADN.
Transmission 
La transmission du virus de l’herpès peut s’effectuer par la peau, la salive, des ustensiles, des rasoirs ou des serviettes (linges).
Il faut savoir qu’une grande partie de la population (90% environ) est porteuse du virus de l’herpès labial (HSV1) mais seulement une partie (environ 10%) développe la maladie. La génétique expliquerait cette différence entre individus dans l’apparition ou non de l’herpès labial (lire ci-dessous pour davantage d’informations).
Les virus HSV1 ou HSV2 peuvent rester à vie chez l’être humain avec des périodes de latence et d’activation. L’activation ou la réactivation de l’activité virale des HSV seraient notamment liées à des protéines comme HCF-1 jouant un rôle actif au niveau du génome du virus, selon une étude des National Institutes of Health (NIH) aux Etats-Unis publiée en avril 2017 dans la revue spécialisée Cell Host & Microbe. 

Pourquoi seulement une partie de la population développe l’herpès labial ?
En octobre 2011 des chercheurs Américains des Universités de l’Utah School of Medicine à Salt Lake City et de l’University of Massachusetts Medical School à Worcester ont montré que la raison repose probablement sur la génétique.
Cause des boutons de fièvreEn effet, ces chercheurs ont montré que le gène C21orf91 sur le chromosome 21 présenterait des variantes différentes et ces différences dans ce gène expliquerait pourquoi certaines personnes développent la maladie avec des symptômes et d’autres ne manifestent aucun symptôme alors qu’ils sont aussi porteurs du virus.
Une fois le virus acquis, certains facteurs peuvent toutefois favoriser son apparition (on parle de poussées), ce sont notamment :

– Les rayonnements du soleil, en particulier les UVB, (voir notre page spéciale sur le soleil et la peau) mais également les rayons UV synthétiques (solarium). Le soleil serait responsable de 25% des récurrences ou poussées d’herpès labial.

– Des problèmes psychiques ou nerveux comme par exemple le stress (surcharge de travail par ex.).

– Des maladies infectieuses comme la grippe, un refroidissement ou un rhume.

– La fièvre (souvent dû à une fragilisation du système immunitaire).

– La fatigue (aussi après un décalage horaire ou jet lag ainsi qu’au retour de vacances).

– Le froid (basses températures).


– Des plaies ou blessures, notamment au niveau de la bouche (après une exposition au soleil et l’apparition d’ampoule).

– Une faiblesse du système immunitaire par exemple lors de grande fatigue ou des maladies du système immunitaire (ex. SIDA).

– Les règles (menstruations) et la grossesse (variations hormonales en général).

Symptômes & Temps d’incubation

Symptômes herpès labial

Symptômes herpès labial

– L’herpès labial se caractérise en général par de petites vésicules qui débutent souvent par l’émission d’un liquide clair et une rougeur autour des vésicules, puis les vésicules deviennent rapidement opaques, s’ouvrent et une croûte jaunâtre apparaît. Les boutons de fièvre sèchent en général en 8 jours.

L’herpès labial ne laisse en général pas de cicatrices.

Les vésicules d’herpès labial se trouvent au niveau des lèvres mais peuvent aussi parfois être localisées sur le nez ou les joues.

– La douleur des vésicules de l’herpès est souvent piquante (ressenti en général sous forme de fourmillements), brûlante et démange, ces désagréments peuvent durer de nombreux jours. La douleur se manifeste souvent 1 à 2 jours avant l’apparition des vésicules, il  s’agit d’un signe annonciateur.

– De la fatigue, des maux de tête et de la fièvre peuvent parfois également accompagner l’herpès labial.

En cas de poussées d’herpès labial, c’est-à-dire lors d’une réapparition, les boutons de fièvre sont souvent localisés au même endroit ou proches que lors de la première apparition du virus.

Chez les enfants de moins de 5 ans, l’herpès labial peut se développer à l’intérieur de la bouche. Il s’agira de ne pas confondre ces vésicules d’herpès avec les aphtes.

Temps d’incubation herpès labial
Comme on l’a vu sous causes, la plupart des personnes (90%) sont déjà porteurs du virus de l’herpès labial et déjà à l’âge de 12 ans 50% des enfants seraient porteurs du virus.
Toutefois, si vous deviez être contaminé par ce virus (première contamination) il est intéressant de noter que le temps d’incubation est de 3 à 7 jours. Cela signifie que si vous deviez développer des symptômes de l’herpès labial, il faudra entre 3 à 7 jours pour voir apparaître les premiers symptômes après la contamination. Il faut savoir que pendant cette phase d’incubation la personne n’est pas contagieuse. Certaines sources médicales, comme la Mayo Clinic, parlent d’un temps d’incubation pouvant aller jusqu’à 20 jours.

Diagnostic

Le médecin posera le diagnostic de l’herpès labial en vous examinant et en vous posant des questions ciblées (notamment sur la transmission) par un examen clinique. Habituellement, aucun test sanguin ou examen supplémentaire n’est effectué pour diagnostiquer cette infection.

Complications

L’herpès labial est la plupart du temps une maladie bénigne. Toutefois le virus de l’herpès présent autour de la bouche peut se propager à d’autres parties du visage (nez, yeux…) ou du corps.

Par exemple de l’herpès au niveau des yeux doit vous inciter à vous rendre chez votre médecin.

Des personnes immunodéprimées (SIDA) peuvent connaître des complications plus importantes avec l’herpès labial qu’un sujet normal.

Quand consulter un médecin ?

Il est recommandé de consulter un médecin lorsque :

– L’herpès labial est accompagné d’une fièvre élevée

– Lorsque la région des yeux est touchée

– En cas d’herpès labial qui s’étend à d’autres régions que les lèvres

– Lorsque l’herpès labial survient pendant la grossesse

Remarque : liste non exhaustive, pour tout symptôme suspect veuillez consulter votre médecin.

Traitements

Médicaments antiviraux contre l'herpès labialEn cas d’herpès labial, appliquez une crème appropriée dès l’apparition de l’herpès, ou plutôt dès que vous ressentez les premiers picotements.
– Les crèmes contre l’herpès se composent souvent d’un agent antiviral (médicaments analogues des nucléosides), le plus connu et parmi les plus “efficaces” est le principe actif aciclovir.
Pour la posologie des crèmes à base d’aciclovir il faut appliquer chaque 2 heures une quantité de la taille d’une tête d’épingle dès les premiers signes de l’herpès et au début. Puis appliquer la pommade chaque 4 heures (soit 5 fois par jour) pendant 5 jours. Attention, la durée du traitement doit être de maximum dix jours. Pour plus d’infos, demandez conseil dans votre pharmacie.

Remarques
– Certaines autorités de santé (comme en France la “Haute Autorité de Santé” ou HAS) estiment que ces préparations à base d’antiviraux en usage externe comme l’aciclovir sont peu efficaces et ne les recommandent pas, car il n’y a pas eu jusqu’à présent une preuve claire de leurs efficacités.

– Aux Etats-Unis, il existe depuis 2011 une crème contre l’herpès labial à base d’aciclovir (5%) et d’hydrocortisone (1%). A notre connaissance cette crème n’existe pas en Europe, elle peut toutefois être préparée par un pharmacien suite à une ordonnance médicale.
On a longtemps pensé que la cortisone était contre-indiquée en cas d’herpès labial mais il semble que cette crème soit plus efficace qu’une préparation à base d’aciclovir seulement pour soigner les lésions de l’herpès. Avec cette crème on a observé moins d’ulcères et un temps de guérison significativement plus court.

– Il existe également d’autres molécules ayant un effet positif sur le virus de l’herpès et proches de l’aciclovir, comme le valaciclovir, le penciclovir ou le famciclovir.

– On conseille de prendre des médicaments sous forme de comprimés à base d’aciclovir ou de valaciclovir par exemple seulement lors de poussées récurrentes d’herpès labial (plus de 6 crises par an), ces médicaments sont en vente sur ordonnance. Parlez-en à votre médecin pour qu’il vous prescrive la meilleure molécule.

– Le valaciclovir peut être utilisé durant les différents stades de la grossesse ainsi que pendant l’allaitement. Mais en principe, ce médicament ne doit pas être utilisé en prévention chez la femme enceinte, en cas de question il faut en parler à votre médecin. Ce sont les recommandations émises en Suisse.

– Il existe également des crèmes à base de sulfate de zinc en vente libre en pharmacie, qui vont désinfecter et assécher les vésicules herpétiques, ces pommades sont en général à appliquer au début de l’apparition de l’herpès, demandez conseil dans votre pharmacie pour des spécialités à base de zinc. Certaines crèmes labiales (ex. Sorefix en Suisse) contiennent également des filtres contre les rayons UV.

Médicaments antiviraux contre l'herpès labial– Vous pouvez aussi utiliser des patchs invisibles (par exemple Compeed® Bouton de Fièvre), à appliquer sur les boutons de fièvre, médicament à base d’hydrocolloïde. Efficace pour favoriser la formation de croûtes, aider à la cicatrisation, limiter des sensations de brûlures ou de douleur et éviter de contaminer d’autres personnes.

– Sur le marché américain et français, on peut trouver des crèmes en vente libre à base de docosanol (en France vendu sous le nom de Erazaban® du Laboratoire Tonipharm, aux Etats-Unis il est vendu sous le nom Abreva®, en Suisse et selon nos informations, ce médicament n’est pas disponible sur le marché national).
Le docosanol est un alcool gras avec un effet antiviral contre l’herpès. Il s’agit d’un traitement à appliquer pendant les stades précoces (par ex. phase prodrome) de l’herpès labial. Selon une étude contre placebo, la durée moyenne de guérison était de 4,1 jours pour le docosanol et se montait à 4,89 jours pour le placebo, la différence était donc de 0,7 jour. Il aurait pu être intéressant d’effectuer une étude contre l’aciclovir (à notre connaissance, il n’existe pour le moment pas d’étude). Certaines études négatives ont toutefois montré que le doconasol n’avait pas d’efficacité intéressante pour lutter contre l’herpès labial.

Pour la posologie et les contre-indications, veuillez demander conseil à votre médecin ou pharmacien.

Remarque : malheureusement les traitements contre l’herpès labial à disposition ne soignent à l’heure actuelle que les symptômes et non la cause, ainsi il faudra répéter les traitements lors d’apparition de l’herpès et cela dès les premières démangeaisons.

Mécanisme d’action de l’aciclovir :
– L’aciclovir est métabolisée par la thimidine kinase virale (HSV1 thymidine kinase), l’aciclovir est phosphorylé et donne naissance à l’aciclovir monophosphate (ACMP). Comme les cellules non infectées par l’herpès ne peuvent pas phosphoryler l’aciclovir, car seule la thimidine kinase virale et non humaine peut donner naissance à l’ACMP, cettte molécule devient et est par conséquent sélective pour les cellules humaines infectées par ce virus.
Ensuite, l’aciclovir monophosphate est à nouveau phosphorylé deux fois par la thymidine kinase humaine, cette fois, pour donner l’aciclovir triphosphate, qui agit comme antimétabolite ou faux substrat.
Il y a alors inhibition de la formation d’ADN viral (virus de l’herpès) et cela bloque la formation de nouveaux virus.

Phytothérapie

– La mélisse, grâce à ses huiles essentielles, appliquée sous forme de pommade sur les vésicules du bouton de fièvre exercerait un effet antiviral et soulagerait efficacement l’herpès labial (prouvé par des études cliniques).

Phytothérapie bouton de fièvre

Il existe également des préparations (en France surtout) à base d’huiles essentielles de thym, de genièvre, de marjolaine, de ravintsara, etc. Demandez conseil à votre pharmacien pour trouver une pommade adaptée pour soigner l’herpès labial à base d’huiles essentielles.

Remèdes naturels (de grand-mère)

Vinaigre de cidre en cas d’herpès

Ail contre l’herpès labial

Baume à lèvres contre l’herpès

Cataplasme des fleurs de camomille

Bons conseils

– L’application d’un glaçon sur les boutons de fièvre pendant quelques minutes plusieurs fois par jour aide à réduire la douleur et permettrait de diminuer le développement du virus. Il est possible d’utiliser également des poches froides (cold packs).
Le froid présente naturellement un effet calmant et antidouleur.
L’application de chaud, sous forme de poches chaudes (hot packs) est parfois aussi recommandée.

– Appliquez les crèmes antivirales dès les premiers symptômes et notamment dès que vous ressentez de la douleur, le plus vite sera le mieux.

En général l’application de crèmes antiherpétiques une fois les vésicules herpétiques présentes n’est plus vraiment utile.

– Evitez d’embrasser d’autres personnes, surtout lors de poussées (phase aiguë de l’herpès), car à ce moment la contamination est maximale. L’herpès labial est une maladie hautement contagieuse. Pendant la phase aiguë de la maladie, évitez notamment le contact avec les enfants, les personnes sous traitement contre le cancer, sous traitement après une transplantation d’organe ainsi que des personnes souffrant d’eczéma. Ces personnes sont plus susceptibles de contracter le virus.

– Evitez de toucher ou de gratter les vésicules, attention à ne pas (se) toucher les yeux.

– Lorsque les croûtes disparaissent, il est conseillé d’appliquer une crème désinfectante ou à base de lysosyme plusieurs fois par jour.

– Appliquez du miel sur les boutons de fièvre, selon une étude de chercheurs de Dubaï, le miel serait autant efficace que les médicaments à base d’aciclovir. Pour la posologie : appliquer le miel 4 fois par jour sur les boutons de fièvre pendant 15 minutes.

– Faites attention avec les lentilles de contact, ne les humidifiez pas avec votre salive. Le but est d’éviter tout risque de contamination de l’œil.

– Lavez-vous bien les mains, surtout avant d’entrer en contact avec d’autres personnes.

A lire : 7 bons conseils pour prévenir les boutons de fièvre en hiver

Prévention

– Il est important de bien connaître les facteurs déclenchant de l’herpès labial. On sait que le virus reste caché au même endroit et peut ressortir plus facilement sous certaines conditions comme en cas :

  • d’exposition au soleil, responsable de 25% des cas de récurrences (poussées) d’herpès labial ;

Prévention de l'herpès labial

  • de règles et grossesse ;
  • de choc émotionnel, stress ;
  • de fièvre ;
  • de dépression immunitaire ;
  • de refroidissements ou de grippe ;
  • Vous pouvez, en connaissant ce qui va déclencher l’herpès labial, prendre des mesures préventives comme par exemple ;
  • Si l’éruption de vésicules herpétiques se répète à chaque exposition prolongée au soleil, appliquez avant l’exposition une crème ou pommade (stick) sur vos lèvres avec un indice de protection solaire élevé.

– Lavez-vous bien les mains et le visage, respectez des règles d’hygiène strictes (évitez d’échanger les sticks à lèvre)

– Pour les personnes souffrant d’herpès labial à répétition (plus de 6 poussées par an), le médecin peut prescrire des antiviraux (aciclovir, valaciclovir) à titre préventif à prendre quotidiennement. Cela peut être pratique si on veut absolument éviter d’avoir un bouton de fièvre à un jour J (mariage, entretien d’embauche, présentation importante).

– Une théorie, véhiculée par certains médecins, affirme que contrôler son alimentation peut avoir un impact. En effet, la capsule virale qui protège le matériel génétique du virus de l’herpès labial est une protéine (composée d’acides aminés). On retrouve dans certains aliments des acides aminés qui pourraient fortifier le virus de l’herpès. Ces aliments, qui sont donc à éviter pour prévenir l’herpès, sont : le chocolat (noir surtout), certains fruits comme l’ananas, les amandes ou encore les pistaches.

Lire aussi : herpès génital, herpès zona (zoster ou zona), varicelle


News :
7 bons conseils pour prévenir les boutons de fièvre en hiver

Références (sources)
– Mayo Clinic, Haute Autorité de Santé (HAS), OMS, National Institutes of Health (NIH) aux Etats-Unis.

Etudes citées dans cet article:
– R Alfonso-Dunn et al. Transcriptional elongation of HSV Immediate Early genes by the Super Elongation Complex drives lytic infection and reactivation from latency. Cell Host & Microbe DOI: 10.1016/j.chom.2017.03.007 (2017).

Comment traduit-on l’herpès labial ou bouton de fièvre dans d’autres langues ?
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 19.09.2017

Thèmes

Lire aussi :