Morphine

Pavot (opium) - Plante médicinaleLa morphine est un médicament de la classe des opiacés, c’est-à-dire des molécules dérivées au sens large de l’opium. La morphine a un fort effet analgésique, on l’utilise souvent dans des maladies très douloureuses comme lors de cancer (stade avancé) ou le zona. Le terme morphine provient du dieu grec Morphée, dieu du sommeil. La morphine est un alcaloïde extrait du latex des fruits non mûrs (opium) du pavot. Un autre alcaloïde de l’opium très utilisé est la codéine.

Publicité

Au début du 19ème siècle, le chimiste allemand Friedrich Wilhelm Sertürner a isolé pour la première fois la morphine de l’opium.

Publicité

La morphine a été utilisée pour la première fois dans la guerre de Sécession au 19ème siècle aux Etats-Unis comme antidouleur pour les blessés.

Dans la classe des opioïdes on compte d’autres molécules comme la codéine, le fentanyl, l’oxycodone et l’oxymorphone. Le fentanyl présente l’avantage de pouvoir être utilisé comme patch sur la peau.

Effets

Anti-douleur puissant. La morphine agit sur les récepteur μ et κ, des récepteurs aux opiacés.

Indications

Pour traiter les différentes douleurs, l’OMS a défini les 3 paliers de la douleur (voir infographie ci-dessous), selon son intensité.
paliers-de-la-douleur-infographie-(1)

Le palier III correspond aux douleurs intenses ou lorsque les traitements donnés au palier II ont échoué. A ce stade, le médecin donnera des opioïdes forts comme la morphine et ses dérivés.
On peut utiliser la morphine lors de fortes douleurs dans les situations suivantes (liste non exhaustive): cancer, forme sévère d’un zona (herpès zoster), après une opération (en post-opératoire), anesthésie, après un accident.

Principaux effets secondaires

– Dépendance à la morphine et à d’autres substances opiacées, dépendance provoquée notamment par une euphorie (avec une forte sensation de plaisir). Un risque existe et le patient peut ensuite se tourner vers des drogues comme l’héroïne (lire: De l’héroïne coupée a provoqué de nombreux morts aux Etats-Unis).
Remarque: pour beaucoup de spécialistes de la douleur, le risque de dépendance avec la morphine est très bas si le traitement est correctement mis en place, notamment par des professionnels de la santé comme les médecins et l’équipe soignante.
Constipation. Remarque: lors d’un traitement à base de morphine sur une longue durée (quelques semaines ou plus), le médecin prescrit très souvent des laxatifs pour prévenir la constipation, un effet secondaire très fréquent de la morphine.
– Sécheresse de la bouche

Fatigue
– Dépression respiratoire
– Vasodilatation
– Troubles psychologiques : anxiété, hallucination
– Rigidité musculaire

Formes galéniques de la morphine

– Sous forme injectable (s.c./i.m./i.v.), forme orale (comprimés, gouttes), forme rectale (suppositoires).

Informations intéressantes

– La régulation de la morphine est régie par des lois internationales. En effet, à cause du risque de dépendance et du trafic de drogue (l’héroïne provient par synthèse chimique de la morphine), une régulation à l’échelle mondiale a été décidée. Les Nations Unies sont responsables du développement et de la mise en place de telles lois.
Dans la plupart des pays du monde, la morphine nécessite une ordonnance spéciale. Le médecin utilise en général une ordonnance dédiée à la prescription de stupéfiants comme la morphine. Les autorités de santé du pays contrôlent ensuite ces ordonnances et notamment la quantité délivrée par le médecin ou la pharmacie (gestion de l’inventaire, comptabilité) pour éviter tout abus. Certaines personnes du monde médical, notamment au Brésil, se plaignent de l’excès de bureaucratie liée à la délivrance de morphine. Autrement dit, des patients qui souffrent, par exemple d’un cancer, doivent remplir de nombreux formulaires ainsi que le médecin, avant de pouvoir recevoir ce médicament, ce qui retarde la prise du médicament.
Aux Etats-Unis, par contre, la délivrance de morphine semble plus facile, mais à cause de nombreux cas de dépendances le gouvernement américain est en train de suivre les pas du Brésil et des recommandations des Nations Unies, avec davantage de bureaucratie pour freiner sa consommation. On suppose que 80% de la consommation globale de morphine aurait lieu aux Etats-Unis, 2 tiers de cette consommation serait illégale. Rappelons que les Etats-Unis représente environ 5% de la population mondiale.
Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 24.05.2016