Du yaourt pour réduire le risque d’infarctus et d’AVC chez des personnes hypertendues

yaourt prévention diabète de type 2BOSTON – Une nouvelle étude publiée en février 2018 suggère qu’une consommation de yaourt est associée à un risque de maladie cardiovasculaire comme l’infarctus du myocarde ou l’AVC plus faible chez des hommes et des femmes hypertendus. L’hypertension artérielle est un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires. Des essais cliniques ont déjà démontré les effets bénéfiques de la consommation de produits laitiers sur la santé cardiovasculaire. Cette étude est particulièrement intéressante car elle repose sur un questionnaire rempli en 1980, ce qui donne aux chercheurs un recul important d’une trentaine d’années sur la survenue d’accidents cardiovasculaires. Chez les femmes, une consommation accrue de yaourt mène à une diminution de 30% du risque d’infarctus du myocarde. 


Hypertension

Dans le monde, environ 1 milliard de personnes souffrent d’hypertension. Une consommation accrue de produits laitiers a été associée à des effets positifs sur la santé sur les comorbidités liées aux maladies cardiovasculaires, telles que l’hypertension, le diabète de type 2 et la résistance à l’insuline.

Yaourt

Le yaourt (ou yogourt en Suisse) provient de la fermentation du lait par l’intermédiaire de deux bactéries thermophiles, à savoir le Streptococcus thermophilus et le Lactobacillus delbrueckii subsp. Bulgaricus. Commercialisé partout dans le monde, le yaourt est un aliment largement consommé. On estime que plus du tiers de la population mondiale mange régulièrement du yaourt chaque année.

Détails de l’étude

Dans cette étude de 2018 réalisée par des chercheurs de l’Ecole de Médecine de l’Université de Boston (Boston University School of Medicine) aux Etats-Unis, plus de 55’000 femmes âgées de 30 à 55 ans souffrant d’hypertension artérielle ont été prises en compte. Ces participantes qui étaient des infirmières provenaient d’une grande banque de données américaine appelée Nurses’ Health Study qui permet notamment d’effectuer des études dites prospectives. Les chercheurs ont aussi pris en compte 18’000 hommes âgés de 40 à 75 ans, des professionnels de la santé, qui ont participé à la banque de données Health Professionals Follow-Up Study.


Formulaire rempli en 1980

Dans l’étude sur la santé des infirmières, les chercheurs ont posé pendant l’année 1980 61 questions sur les apports alimentaires au cours de l’année précédente. Les participantes ont par la suite signalé tout événement diagnostiqué par un médecin comme un infarctus du myocarde, un accident vasculaire cérébral (AVC) ou une revascularisation (selon nos informations, une opération chirurgicale qui suit une ischémie). La permission a été demandée à ces participantes d’accéder à leurs dossiers médicaux pour confirmer tous les nouveaux diagnostics signalés.

Résultats

Les 15 médicaments les plus innovants de ces 25 dernières annéesDes apports plus élevés de yaourt ont été associés à une réduction de 30% du risque d’infarctus du myocarde chez les femmes de l’étude sur la santé des infirmières et à une réduction de 19% chez les hommes de l’étude de suivi des professionnels de la santé.
Dans le détail, les scientifiques ont constaté qu’il y avait 3’300 cas de maladies ou accidents cardiovasculaires comme un infarctus du myocarde, un AVC ou une revascularisation dans l’étude incluant des infirmières et 2’148 cas dans l’étude masculine incluant des professionnels de la santé.
Dans les deux groupes (hommes et femmes), les participants qui consommaient plus de 2 portions par semaine de yaourt présentaient un risque d’environ moins 20% de coronaropathie ou d’accident vasculaire cérébral majeur au cours de la période de suivi.

Conclusion

Les chercheurs estiment dans leur communiqué de presse qu’une consommation plus élevée de yaourt que la moyenne associée à un régime alimentaire sain pour le cœur était associée à une réduction plus importante du risque de maladie cardiovasculaire chez les hommes et les femmes hypertendus.

Hypothèse concluante

Pour l’une des chercheuses principales de cette étude, Dr Justin Buendia : « Nous avons émis l’hypothèse que la consommation de yaourt à long terme pourrait réduire le risque de problèmes cardiovasculaires, car certaines études précédentes avaient montré des effets bénéfiques des produits laitiers fermentés ». La scientifique qui travaille à l’Université de Boston conclut son communiqué : « Ici, nous avons eu accès à une très grande cohorte d’hommes et de femmes hypertendus qui ont été suivis pendant 30 ans. Nos résultats fournissent de nouvelles preuves importantes que le yaourt peut être bénéfique pour la santé du cœur seul ou comme partie intégrante d’un régime riche en fibres fruits, légumes et grains entiers. »

Cette étude a été publiée le 15 février 2018 dans le journal scientifique American Journal of Hypertension (DOI : 10.1093/ajh/hpx220).

Autre étude

En 2014, une étude publiée dans le journal scientifique BMC Medicine avait montré que consommer un yaourt par jour aidait à prévenir le diabète de type 2.

Le 15 février 2018. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Source : communiqué de presse de l’étude. Référence : American Journal of Hypertension (DOI : 10.1093/ajh/hpx220).
Photos illustrations : © pgm – Fotolia.com, © Darren Baker – Fotolia.com

Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 15.02.2018