Publicité

7 informations santé surprenantes à connaître chez les seniors

Définition Alzheimer - Définition de la maladie d'AlzheimerLes seniors présentent parfois des symptômes différents que les adultes plus jeunes et leur métabolisme ainsi que leur physiologie (ex. sommeil) peuvent aussi varier. Comme les enfants qui ne sont pas des “adultes en miniature”, les seniors ont eux aussi leurs spécificités médicales. Nous avons listé pour vous, de façon non exhaustive, 7 informations intéressantes et parfois surprenantes à connaître sur la santé des seniors. Cet article inaugure aussi le nouveau slogan de Creapharma.ch : “Vivre mieux plus longtemps”, qui s’affiche ci-dessus sur le titre en gris clair. Notre vision est tout simplement de vous aider à être le plus longtemps possible en bonne santé.  

1. Symptômes de la cystite – Délires 

Chez les personnes âgées, surtout celles de plus de 80 ans, les symptômes classiques de la cystite comme l’envie constante d’uriner peuvent souvent être inexistants, ce qui complique fortement le diagnostic. La personne âgée peut toutefois présenter des symptômes comme de la confusion mentale, des troubles de la mémoire, des délires ou encore des hallucinations. L’agitation et le vertige sont deux autres symptômes possibles. Les délires peuvent par exemple se caractériser par l’oubli des prénoms des petits-enfants, de l’agressivité, un comportement étrange, etc. L’origine de ces délires provient d’un changement dans le système immunitaire de la personne âgée.
Ces symptômes mentaux précèdent souvent les symptômes typiques de la cystite comme la douleur ou l’envie fréquente d’uriner et peuvent même parfois être les seuls symptômes de la cystite chez la personne âgée. Comme chez les personnes plus jeunes, le traitement consiste à administrer des antibiotiques pour soigner l’infection urinaire.

2. Statines – 33% plus de risque de diabète 

Chirurgie de l'obésitéLes femmes seniors qui prennent des statines, des médicaments très utilisés pour diminuer le taux de cholestérol, présentent un risque plus important de développer un diabète selon une étude datant de janvier 2017 réalisée par l’Université du Queensland en Australie. Plus la dose est élevée et plus le risque augmente. Ce n’est pas la première étude qui montre un lien entre la prise de statines et le diabète, mais celle-ci s’est concentrée sur les femmes âgées. Le Dr. Mark Jones de l’Université du Queensland relève dans un communiqué de l’étude que les femmes âgées de plus de 75 ans présentent 33% plus de risque de développer un diabète si elles prennent des statines. Le risque augmente de plus de 50% chez les femmes prenant une dose élevée de statines. Cette étude a été réalisée sur des femmes australiennes et publiée online le 30 janvier 2017 dans la revue spécialisée Drugs and Ageing.

3. Hypertension – Médicaments parfois consommés à tort

mesure tension artérielleSelon une étude anglaise publiée début 2017, une partie significative de patients âgés de plus de 70 ans prenaient des médicaments antihypertenseurs malgré le fait qu’ils ne souffraient pas d’hypertension mais au contraire d’hypotension. Ces prescriptions à tort augmentent le risque de mortalité et le nombre d’admissions à  l’hôpital chez les seniors relèvent les chercheurs. Pour arriver à ces conclusions, des chercheurs de l’institution de santé Centre for Health Services Studies de l’Université du Kent et de l’hôpital East Kent en Angleterre ont analysé les données de 11’167 patients âgés de plus de 70 ans et ont découvert que l’hypotension était associée de façon indépendante à une augmentation du taux de mortalité et du nombre d’admissions à l’hôpital. Parmi 1899 patients qui souffraient d’un certain degré d’hypotension, 1246 ou 66% prenaient des médicaments pour abaisser la pression (antihypertenseurs).
Le principal auteur de cette étude le Prof. Chris Farmer explique : « Traiter l’hypertension à un âge avancé réduit le risque d’AVC et d’autres événements cardiovasculaires. Néanmoins, chez des patients âgés avec de nombreux risques, il y a un équilibre à trouver entre l’utilisation d’antihypertenseurs pour réduire le risque de futures maladies et une augmentation du risque provoqué par des effets secondaires de ces médicaments. »
Cette étude a été publiée en novembre 2016 dans la revue spécialisée Age and Ageing.

4. Pneumonie – Délires et vaccination contre la grippe

Chez les personnes âgées, en plus des symptômes classiques de la pneumonie comme une toux marquée ou une fièvre élevée, les seniors peuvent aussi présenter des troubles mentaux comme de la confusion mentale. Les personnes âgées appartiennent aux groupes à risque de la pneumonie. La vaccination annuelle contre la grippe est un bon moyen de prévention de cette grave maladie respiratoire.

Définition de la pneumonie

5. Vitamine D – Moins synthétisée

ostéoporose et sodaLa vitamine D est synthétisée au niveau de la peau sous l’effet des rayons UVB du soleil, mais avec l’âge cette capacité de synthèse diminue. Autrement dit, les personnes âgées doivent s’exposer plus longtemps au soleil que les jeunes pour synthétiser la même quantité de vitamine D. C’est pourquoi, certains spécialistes de la santé recommandent aux seniors de consommer de la vitamine D sous forme de complément alimentaire. La vitamine D permet notamment de prévenir l’ostéoporose, une maladie particulièrement fréquente chez les femmes âgées.

vitamine D comment obtenir

6. Exercice physique – Possible réparation musculaire

où courirLa pratique d’exercice physique pourrait avoir des effets surprenants chez les seniors qui souffrent de perte musculaire rapide et de blessures musculaires avec l’âge. Ces conclusions proviennent de  chercheurs canadiens de l’Université McMaster. Même si l’expérience a été menée sur des souris, elle pourrait être valable chez l’homme. Ces résultats défient ce qui est en général admis comme un fait inévitable du vieillissement : les muscles s’atrophient, c’est-à-dire perdent du volume, avec l’âge et ne peuvent pas complètement être réparés. “La population âgée est en forte croissance dans le monde, prévenir la perte musculaire ainsi que favoriser la réparation musculaire s’avère primordial pour une bonne santé,” a affirmé dans un communiqué de presse le Prof. Gianni Parise, auteur principal de l’étude et professeur associé au Département de Kinésiologie de l’Université McMaster. Il poursuit : “Ces résultats suggèrent que les troubles musculaires liés à l’âge peuvent être préservés grâce à la pratique régulière d’exercice physique.”
La perte musculaire chez les personnes âgées peut avoir plusieurs raisons comme le séjour en hôpital ou encore certaines maladies. Les scientifiques estiment que la pratique d’exercice physique peut aussi avoir un effet préventif, justement pour éviter cette perte musculaire. Cette étude a été publiée dans la revue spécialisée FASEB Journal en juin 2016.

7. Le chien : meilleur ami des seniors

Le chien, le meilleur ami des seniors (étude)Une étude publiée en 2016 a montré ce qu’on savait déjà et qui s’avère surtout du bon sens, posséder un chien et le promener régulièrement est bon pour la santé. “Cette étude amène une preuve du lien entre la promenade de son chien et la santé physique chez les personnes âgées, un grand échantillon de personnes représentatives aux Etats-Unis a été utilisé”, a affirmé la Prof. Rebecca Johnson dans un communiqué de presse. Grâce à ce travail de recherche, les scientifiques qui ont réalisé cette étude ont aussi montré que les seniors qui avaient une relation forte avec leur animal de compagnie avaient tendance à faire de l’exercice sur une plus longue période et plus fréquemment.
“Nos résultats ont montré que la possession d’un chien et le fait de le promener étaient associés à une augmentation de la santé physique parmi les personnes âgées”, a affirmé la Prof. Johnson. Elle travaille notamment comme professeur au MU College of Veterinary Medicine aux Etats-Unis.
Les résultats ont aussi montré que les personnes avec une forte relation avec leur chien allaient plus fréquemment et pendant plus longtemps le promener que ceux avec une faible relation. Autrement dit, plus une personne aimait son chien et plus elle semblait profiter des effets bénéfiques pour la santé. Ce travail de recherche a aussi montré ce qui peut sembler une évidence, les propriétaires de chiens se socialisaient avec d’autres propriétaires d’animaux de compagnie, un autre effet bénéfique pour les seniors. On sait que la socialisation est importante pour prévenir certaines démences comme Alzheimer.
La Prof. Johnson relève finalement un point intéressant, les maisons ou communautés (ndlr. concept surtout américain) de personnes âgées devraient laisser davantage d’espaces aux chiens, comme par exemple avoir un parc pour que les animaux de compagnie puissent jouer et se promener. Cette étude a été publiée en mars 2016 dans la revue spécialisée The Gerontologist.

Bonus… et encore

Hémorroïdes : Les hémorroïdes sont plus fréquents chez les seniors, car à cet âge les tissus soutenant les veines dans le rectum et l’anus ont une tendance à se détendre.

SéléniumNoix et santé mentale : Selon une étude espagnole publiée en mai 2015 dans la revue spécialisée JAMA Internal Medicine réalisée par l’Hôpital Clinique de Barcelone, consommer plus de noix et d’huile d’olive semble augmenter les performances du cerveau chez les seniors, en retardant notamment le déclin cognitif. Les oléagineux comme les noix, les noisettes ou les amandes agissent comme une véritable “huile de moteur” pour le cerveau à cause d’une concentration élevée en graisses végétales comme les oméga-3

Le 31 mai 2017. Par Xavier Gruffat (Pharmacien). Sources : voir liens vers les études directement dans l’article. Sur une idée originale de Creapharma.ch. Article destiné à ma grand-maman Thérèse âgée de 84 ans et actuellement en maison de retraite. Crédits photos : Fotolia.com

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 31.05.2017
Publicité