Spondylarthrite ankylosante

Définition

Des antibiotiques pour soigner l'hernie discaleLa spondylarthrite ankylosante (SA) est une maladie auto-immune, c’est-à-dire que le système de défense du corps (le système immunitaire) ne fonctionne pas correctement et attaque ses propres cellules.
La SA est une forme d’arthrite qui touche en premier lieu les articulations de la colonne vertébrale. Il s’en suit une inflammation au niveau des vertèbres.

Publicité

L’adjectif ankylosante signifie qu’il y a une fusion entre les os.

Dans certains cas, la SA peut toucher d’autres articulations que celles de la colonne vertébrale comme les épaules, les hanches ou encore les genoux.

La SA touche la hanche et les épaules chez environ 20% des patients.

La SA est évolutive, c’est-à-dire que la maladie évolue avec le temps avec des phases actives de la maladie (poussées) et inactives (rémission). Il s’agit d’une maladie chronique.

Epidémiologie

La maladie touche davantage les hommes que les femmes, on estime que 2 fois plus d’hommes que de femmes sont touchés par la maladie. Elle débute souvent avant l’âge de 45 ans. Seulement 5% des personnes diagnostiquées sont âgées de plus de 45 ans. En général la maladie commence entre 20 et 39 ans.

En France, on estime à environ 300’000 le nombre de personnes souffrant de spondylarthrite ankylosante.

Aux Etats-Unis, environ 1 adulte sur 200 souffre de spondylarthrite ankylosante. En 2017, cela représentait environ 1, 1 millions d’Américains adultes. Ces chiffres proviennent de la Spondylitis Association of America.

Causes

Les causes de la maladie ne sont pas encore totalement connues. On suppose toutefois que la présence de certains gènes comme celui appelé HLA-B27 peuvent favoriser le développement de la SA.

D’autres facteurs, notamment infectieux, pour favoriser le développement de la maladie.

Personnes à risque

Les jeunes hommes de moins de 45 ans sont particulièrement à risque.

Symptômes

La spondylarthrite ankylosante se manifeste notamment par les symptômes suivants :

  • Douleurs et raideurs dans le bas du dos et les hanches. Ces symptômes ont tendance à s’améliorer avec l’activité physique. Les douleurs peuvent provoquer des réveils nocturnes. Le patient ressent souvent une raideur dans le dos au réveil.
  • Fatigue (provoquée notamment par les signes inflammatoires de la maladie)
  • Douleur thoracique et difficultés à respirer à cause d’une rigidité au niveau de la cage thoracique

Poussées
La SP peut apparaître sous forme de poussées, suivie de phases de rémission (phase pendant laquelle les symptômes ont disparu).

Ossification
La SP peut mener à une ossification au niveau de la colonne vertébrale, une fusion des ligaments ainsi qu’une érosion osseuse.

Durée des symptômes
La durée des maux de dos est souvent de plus de 3 mois.

Remarque sur les symptômes
Les symptômes peuvent être relativement différents d’une personne à l’autre. Les femmes présentent notamment des symptômes souvent plus atypiques que les hommes.

Diagnostic

Le diagnostic est l’affaire exclusive du médecin. En général, c’est le rhumatologue qui prend en charge cette maladie.
Différentes méthodes de diagnostic peuvent être utilisées, comme des techniques d’imagerie médicale (ex. rayons X de la colonne), une anamnèse, des tests sanguins afin notamment de rechercher le gène HLA-B27 (lire sous Causes ci-dessus).

Complications

La spondylarthrite ankylosante peut mener à certaines complications comme :

  • Troubles oculaires (inflammation aiguë de l’oeil ou uvéite). Cette complication se manifeste chez environ 30% des patients souffrant de la maladie. Les symptômes sont notamment : rougeur, douleur, sensibilité à l’oeil, larmoiements, vision trouble.
  • Troubles digestifs (ex. maladie de Crohn, colite ulcéreuse). Ces troubles se manifestent chez environ 10 à 15% des patients.
  • Ostéoporose, parfois les médecins oublient de traiter l’ostéoporose, car les patients sont souvent des jeunes hommes. On sait que l’ostéoporose étant plutôt une maladie associée aux femmes post-ménopausées. La SA semble modifier la structure osseuse.
  • Fractures (lire ci-dessous sous Fusion des os)
  • Troubles rénaux
  • Troubles cardiovasculaires
  • Problèmes de peau, notamment le psoriasis

Fusion des os
Dans des cas graves, le processus inflammatoire de la spondylarthrite ankylosante peut mener à une fusion (ou “ankylosis”) des os au niveau de la colonne vertébrale et parfois d’autres articulations. Ce processus de fusion survient en général des années après le début de la maladie. Ces fusions osseuses augmentent le risque de fractures et diminuent la mobilité.

Traitements

Il existe différents traitement pour lutter contre la spondylarthrite ankylosante.

Médicaments :

– AINS et corticoïdes

Les AINS (anti-inflammatoire non stéroïdiens) comme l’ibuprofène peuvent être utilisés contre les douleurs et l’inflammation provoquée par la SA surtout au début de la maladie. Le médecin peut aussi utiliser des corticoïdes.

– Médicaments agissant sur la maladie

Publicité
  1. En anglais on parle de DMARDs (disease-modifying antirheumatic drugs). Ces médicaments ont la capacité de modifier la maladie et d’agir sur le système immunitaire.
  2. Les biologiques. Il s’agit de traitements ayant comme son nom l’indique une structure chimique de type biologique ressemblant à une protéine. Ces (médicaments) biologiques ont la capacité d’agir directement sur le système immunitaire et de modifier certaines fonctions biochimiques comme le processus inflammatoire. Ils agissent notamment comme anti-TNF.

En Suisse, la molécule secukinumab est indiquée depuis 2016 contre la spondylarthrite ankylosante. Elle agit contre le TNF et contre l’interleukine.

– Traitement physique

La physiothérapie peut aider contre la maladie, notamment pour réduire la douleur.

– Chirurgie

Dans certains cas une chirurgie peut être nécessaire. Comme le relève l’association américaine Spondylitis Association of America, la chirurgie est une thérapie rarement utilisée pour lutter contre cette maladie. La chirurgie est notamment utilisée lorsque la maladie affecte les genoux ou les hanches.

Bons conseils

– Evitez de fumer. La spondylarthrite ankylosante peut mener au développement d’un tissu rigide au niveau de la cage thoracique et des poumons. Il peut s’en suivre une difficulté supplémentaire à respirer chez des patients qui fument.

– Dormir sans oreiller peut permettre de prévenir la douleur au niveau de la nuque.

– Contrôlez votre poids. Un surpoids et surtout l’obésité peut augmenter le stress au niveau des articulations.

– Faites régulièrement de l’exercice, cela renforce les muscles et toute la colonne vertébrale. Demandez à votre médecin pour connaître les exercices à pratiquer.

– Adoptez une bonne posture. Il est important de se tenir droit quand vous marchez ou êtes assis.

– Réduisez votre stress. Un bon moyen pour apaiser les symptômes de la maladie.

Sources & Références :
Spondylitis Association of America

En anglais : ankylosing spondylitis (AS) – Lire ce dossier en portugais : Espondilite anquilosante

Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 15.12.2017