Cystite

Guide, que faire en cas de cystite ?


Absinthe1.
La première chose à faire dès les premiers symptômes de la cystite est de boire beaucoup, buvez directement et rapidement en 1 heure environ 1 litre d’eau ou des tisanes à base de plantes médicinales (par ex. en 3 prises de 3,3 dl chaque 20 minutes). L’objectif est de diluer les bactéries, notamment au niveau de la vessie, et de faciliter leurs évacuations du tractus urinaire.
Boire beaucoup est prouvé scientifiquement comme étant une mesure très efficace, que cela soit en prévention des cystites à répétition ou en thérapie.

2. Ensuite, il faut consulter un médecin qui va effectuer une anamnèse ou effectuer des tests d’analyse d’urine pour confirmer ou non s’il s’agit d’une cystite. S’il détecte des bactéries responsables de cette infection, il prescrira des antibiotiques. Le médecin pourra également prescrire des anti-inflammatoires pour calmer les douleurs. Le D-mannose (lire sous Traitements), un sucre naturel, est une alternative efficace pour prévenir les cystites à répétition non compliquées (plus de 3 épisodes de cystite par année).

Vous pouvez aussi acheter en pharmacie un test d’autodépistage précoce, ce test permet de confirmer la présence de bactéries et/ou globules blancs dans les urines. En cas de test positif, il faudra se rendre chez un médecin, qui prescrira très certainement des antibiotiques.

3. Finalement, vous pouvez compléter la thérapie classique (antibiotiques) par des remèdes à base de plantes diurétiques. Buvez plusieurs fois par jour des jus, comme par exemple des jus de canneberge.

 Cystite en résumé

Dossier de qualité sur Creapharma.ch : de nombreuses sources médicales ont été utilisées. Lire les sources en bas de page. 

Définition

Une cystite aiguë non compliquée est une inflammation et une infection de la vessie.

Il s’agit d’une maladie infectieuse causée principalement par des bactéries (dans environ 80% des cas provoquée par des entérobactéries de type Escherichia coli) qui remontent dans les voies urinaires jusqu’à la vessie.

Le mot cystite provient du grec ancien cysto qui signifie “vessie” et ite pour “inflammation”.

L’origine des cystites est souvent causée par une contamination des matières fécales.

Epidémiologie

 Cystite statistiqueLa cystite concerne bien plus souvent les femmes que les hommes, cela repose en grande partie sur des différences anatomiques, l’homme ayant entre autre un urètre plus long, ce qui permet une meilleure protection. En moyenne l’urètre féminin mesure 4 cm et celui de l’homme 20 cm. La probabilité que les bactéries remontent l’urètre pour atteindre la vessie chez l’homme est donc bien plus basse.

De plus l’urètre de la femme est assez proche de l’anus, un autre facteur qui explique la plus grande fréquence de la cystite chez la femme.

Une étude américaine parue fin 2013 a montré que les hommes ont un risque plus élevé d’être hospitalisé en cas de cystite. Selon les chercheurs, il s’agit principalement d’hommes âgés qui se retrouvent internés à l’hôpital pour recevoir un traitement antibiotique.

De 10% à 20% des femmes seraient chaque année atteintes d’une cystite, cela en fait une des premières causes de consultation médicale.

On estime qu’environ 40% des femmes souffriront de cystite au moins une fois dans leur vie.

Relevons encore que 10% des femmes ayant des cystites peuvent souffrir de cystites à répétition.

Causes

Les cystites sont généralement causées par des bactéries (dans environ 80% à cause de Escherichia coli) qui remontent les voies urinaires (l’urètre pour atteindre la vessie), certaines situations peuvent alors favoriser son développement :

 Cystite cause

– Une mauvaise hygiène dans les régions intimes chez la femme (souvent suite à contamination par les bactéries des selles).

– Des malformations de l’appareil urinaire.

– Des calculs (ex. calculs urinaires).

– Le diabète.

– Des malformations de l’appareil urinaire.

cause Cystite– Des rapports sexuels chez la femme (“syndrome de la lune de miel”). Gabriel Schär, professeur de gynécologie et médecin-chef de la clinique pour femmes de l’hôpital cantonal d’Aarau (Suisse), explique pourquoi: «Le frottement occasionné par un rapport sexuel permet aux bactéries intestinales de passer plus facilement de la région anale à la région vaginale jusqu’à l’urètre et la vessie. Les germes s’arriment à la paroi de la vessie et provoquent ainsi une infection.» Lire aussi: Le sexe accroît le risque de cystite pour les femmes

– Des sondes urinaires comme un cathéter. A cause des cathéters qui sont fréquents en milieu hospitalier, le nombre de personnes souffrant de cystite à l’hôpital est élevé.

– Une grossesse (suite à une compression du foetus sur la vessie ce qui empêche une vidange complète).

– Le stress.

– La constipation.

– La ménopause, la chute des hormones à cette période diminue la protection au niveau de la vessie. De plus on observe à la ménopause un changement du pH vaginal, ce qui favorise l’entrée de Escherichia coli. Un pH bas (acide) empêche l’entrée de bactéries non désirées dans le vagin.

Mécanisme de fixation de E.coli sur le tractus urinaire
Une étude suisse publiée en mars 2016 dans la revue Nature Communications a permis de mieux comprendre comment la bactérie E.Coli restait fixée au tractus urinaire. Cette fixation s’effectue grâce à une protéine appelée FimH située au bout de l’appendice de la bactérie E.Coli. Cette protéine se fixe sur les sucres des cellules du tractus urinaire, même en cas de flux urinaire la bactérie reste colée. Dès que le flux urinaire diminue, la bactérie arrive “nager” en amont et peut ainsi remonter le tractus urinaire jusqu’à la vessie. Dans le futur, de nouveaux médicaments ciblant la protéine FimH pour empêcher la fixation aux cellules du tractus urinaire de E.Coli devrait permettre de se passer d’antibiotiques, ce qui diminuerait la résistance à cette classe de médicaments. Cette étude a été réalisée conjointement par l’Université de Bâle et l’ETH de Zurich, deux institutions suisses de référence.
Lire davantage

Personnes à risque

 Cystite personne à risqueLes femmes sont particulièrement concernées par la cystite, car elles ont un appareil urinaire qui favorise la contamination par des bactéries.

Toutes les femmes peuvent avoir une cystite, mais certaines sont plus touchées:

– En particulier les femmes âgées, car la production hormonale qui a un effet protecteur diminue.

– Les petites filles qui n’ont parfois pas encore une hygiène adaptée (s’essuyer correctement, etc).

Relevons que les hommes sont moins concernés par ce problème, toutefois ceux qui ont des problèmes de prostate sont plus touchés par les cystites.

Symptômes

 Cystite symptômeLes symptômes de la cystite peuvent être:
– une envie constante d’uriner.
– un volume d’urine souvent peu important (pollakiurie).
– une émission d’urine difficile et (très) douloureuse (dysurie), associée en général à des sensations de brûlures en urinant.
Des douleurs peuvent aussi être relevées au niveau du dos et du bas ventre.
Lors de cystite, l’urine a parfois une mauvaise odeur.

Il est aussi possible de ressentir une sensation persistante de vessie pleine. Du sang dans l’urine est en général le signe d’une cystite.

Une cystite est souvent sans conséquence grave mais dans certains cas elle peut mener à des complications, comme par exemple le développement d’infections rénales. En cas de symptômes suspects (sang dans l’urine), parlez-en sans plus tarder à votre médecin.

Normalement la cystite ne présente pas de fièvre. Ce symptôme caractérise en général la pyélonéphrite, une complication sérieuse de la cystite.

Cystite chez les personnes âgées et délires
Définition Alzheimer - Définition de la maladie d'Alzheimer
Chez les personnes âgées (ex. 80 ans ou plus), les symptômes classiques d’une cystite comme l’envie constante d’uriner peuvent souvent être inexistants, ce qui complique fortement le diagnostic. La personne âgée peut toutefois présenter des symptômes comme de la confusion, des troubles de la mémoire, des délires ou encore des hallucinations. L’agitation et le vertige sont deux autres symptômes possibles. Les délires peuvent par exemple se caractériser par l’oubli des prénoms des petits-enfants, de l’agressivité, un comportement étrange, etc. L’origine de ces délires provient d’un changement dans le système immunitaire de la personne âgée.
Ces symptômes mentaux précèdent souvent les symptômes typiques de la cystite comme la douleur ou l’envie fréquente d’uriner et peuvent même parfois être les seuls symptômes de la cystite chez la personne âgée.
Comme chez les personnes plus jeunes, le traitement consiste à administrer des antibiotiques pour soigner l’infection.

Diagnostic

Le diagnostic de la cystite peut reposer sur une anamnèse ou parfois dans certains cas critiques (grossesse) des examens cliniques (par ex. culture urinaire ou analyse d’urine).

Le test ou examen clinique peut notamment reposer sur un examen des urines à la recherche de nitrites. Ceux-ci sont libérés par les bactéries provoquant la cystite.

Une échographie peut aussi être effectuée par le médecin.

Complications (pyélonéphrite)

La cystite entraîne assez rarement des complications.

Toutefois, dans certains cas et lorsque le traitement n’est pas adapté ou inexistant, des bactéries peuvent remonter au niveau du rein et mener à une néphrite ou pyélonéphrite.
Ce genre de complication est grave, car elle peut mettre le rein en danger.

Une cystite mal soignée peut aussi aboutir à un sepsis (anciennement appelé septicémie).

Quand consulter son médecin ?

 Cystite consultationIl faut absolument consulter un médecin lors de sang dans l’urine, de fortes douleurs ou de fièvres élevées, si la cystite reste douloureuse ou associée avec de la fièvre pendant trois jours, une cystite chez un homme (risque d’hypertrophie bénigne de la prostate), une cystite chez un enfant ou une cystite chez une femme enceinte.

Dans le cas de cystites à répétition il est également préférable de consulter un médecin.

Traitements (médicaments)

 Cystite traitementLe médecin, après avoir posé un diagnostic et exclu des risques de complications, pourrait typiquement prescrire des antibiotiques de type norfloxine sur une courte durée (en prise unique ou sur 3 jours). D’autres classes d’antibiotiques peuvent être prescrits comme de l’amoxicilline ou encore de la fosfomycine. Il s’agit de médicaments antibiotiques à prendre sur ordonnance.

La fosfomycine présenterait certains avantages par rapport à d’autres classes d’antibiotiques:

– Un seul comprimé à base de fosfomycine permet de soigner en général une cystite

– Le taux de résistance aux antibiotiques serait plus bas que pour d’autres classes d’antibiotiques (notamment en comparaison des quinolones)

– La fosfomycine présenterait moins d’effets secondaires comme la diarrhée ou les nausées

– L’action de cet antibiotique est plus spécifique, en effet la fosfomycine va empêcher la fixation de la bactérie (responsable de la cystite) aux parois de la vessie.

Recommandations d’épargne des quinolones, à cause de l’augmentation des résistances
A cause de l’augmentation des bactéries résistantes aux quinolones ainsi qu’à d’autres types d’antibiotiques souvent utilisés contre les cystites (ex. céfuroxime et cotrimoxazol), des experts européens et américains proposent depuis 2011 des recommandations d’épargne des quinolones en cas d’infections urinaires (IU) basses non compliquées, c’est-à-dire chez la femme une cystite aiguë sans pathologie urinaire connue, en dehors d’une grossesse et sans fièvre comme le relève le site suisse de référence Pharmavista.net en juin 2011.

L’Hôpital Universitaire de Genève (HUG) propose le traitement suivant en cas d’IU basses non compliquées chez la femme (sans fièvre, n’étant pas enceinte et sans malformation des voies urinaires) :

– 1er choix: nitrofurantoïne caps 100 mg, 3 fois par jour pendant 5 jours

– 2ème choix: fosfomycine 3 g en dose unique

Attention comme pour tout traitement antibiotique, respectez la durée du traitement, c’est-à-dire même si vous ne ressentez plus de symptômes ou de douleurs associées à la cystite, continuez la thérapie comme indiquée par le médecin jusqu’au bout (finir la boîte des comprimés), sinon vous contribuez à augmenter la résistance aux antibiotiques dans notre société.

Autres remarques intéressantes sur la prise d’anbiotiques en cas de cystite
Le taux de résistance à l’antibiotique triméthoprime peut être à supérieur à 20% dans certains pays. La fluoroquinolone peut aussi mener à des résistances, il est donc préférable lors de cystites compliquées de prendre d’autres antibiotiques comme la fosfomycine, le mécillinam et/ou la nitrofurantoïne. (Source : Tribune Médicale, Juin 2009, Suisse).

Dans des cas graves ou lors de résistance aux antibiotiques par prise orale, le médecin peut administrer des antibiotiques par voie intraveineuse.

Anti-douleurs – Anti-inflammatoires

Contre les douleurs de la cystite vous pouvez également prendre des anti-inflammatoires.

Antispasmodique

Contre les spasmes il est aussi possible de prendre un antispasmodique, à prendre au tout début des premiers symptômes de la cystite.

Vaccins contre la cystite ?

Pour le moment (mars 2016) il n’existe pas encore de vaccins (dans le sens propre du terme) mis sur le marché dans le monde contre la cystite, mais certaines études ont montré qu’il serait possible à terme de développer un vaccin (avec la souche E.Coli) contre les cystites et autres infections urinaires. Les résultats sur des souris ont donné de bons résultats, chez l’homme il faudra probablement attendre encore quelques années.

Traitement des cystites à répétition

En cas de plus de 3 épisodes de cystites par année, on parle de cystites à répétition.

Antibiotiques
Pour soigner une cystite à répétition le médecin peut par exemple prescrire une faible dose d’antibiotique à prendre chaque jour sur une durée de 6 à 12 mois.

Mannose, remède naturel en cas de cystite à répétition
Le mannose est une alternative intéressante aux antibiotiques pour le traitement de la cystite à répétition non compliquée, car il se fixe à la protéine FimH des bactéries E.Coli (lire sous Causes  ci-dessus pour mieux comprendre la protéine FimH et son rôle dans la cystite). Le mannose est un sucre simple, on peut l’acheter en pharmacie, par exemple sous forme de D-mannose. La posologie pour la prévention de la cystite est de 2 gr par jour, à dissoudre simplement dans un verre d’eau.
Le mannose agit ainsi comme un  antagoniste naturel de la protéine FimH. Une étude croate datant de 2014 réalisée sur plus de 300 femmes (lien vers l’étude ici: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23633128) a montré que le mannose était autant efficace que les antibiotiques pour la prévention d’infections urinaires récidivantes. Le mannose mène à moins d’effets secondaires que les antibiotiques, un effet secondaire parfois observé avec ce sucre est la diarrhée.
En Suisse, on peut trouver le D-mannose par exemple dans la marque Hänseler (D-mannose Hänseler).

Phytothérapie (plantes médicinales)

Il existe plusieurs plantes médicinales pour prévenir et soigner les cystites.

Toutefois ces plantes doivent être prises avec le conseil d’un spécialiste (pharmacien, médecin) qui jugera le bien fondé en fonction des symptômes, de la fréquence et de la durée des cystites.

En effet bien souvent une antibiothérapie est prescrite par un médecin, dans tous les cas lors d’infection bactérienne.

Vous trouverez ci-dessous les plantes les plus utilisées contre les cystites en prévention et traitement.

Plantes utilisées en prévention des cystites (cystites à répétition par ex.)

– Les airelles rouges, utilisée sous forme de jus.

cranberry-2016-fotolia– La canneberge (cranberry), utilisée sous forme de jus ou de gélule. Attention, toutefois selon une étude américaine de fin 2010, la canneberge ne serait pas plus efficace qu’un jus quelconque. Cette étude a montré qu’il s’agit surtout du fait de boire beaucoup qui aide à prévenir et soigner la cystite. Une autre étude de 2005 a également émis des doutes sur l’efficacité scientifique de la canneberge.

Plantes pour soigner les cystites

– Le bouleau, utilisé sous forme de tisane ou en gélule.

– La bruyère, utilisée sous forme de gélule.

– L’ortie (en feuille), utilisée sous forme de tisane ou en gélule.

– La prêle, utilisée sous forme de tisane ou en gélule.

– Le raisin d’ours, utilisé sous forme de tisane ou en gélule.

Lire aussi : la tisane anticystite : mélange de plantes médicinales sous forme de tisane.

Remèdes de grand-mère

– Huile essentielle d’arbre à thé
– Vinaigre de cidre
– Tisane d’ortie
– Tisane anticystite
– Tisane de prêle
– Tisane de busserole
– Tisane de bugrane épineuse
– Tisane de graines de céleri
– Décoction de queues de cerise

Homéopathie

Il faut savoir qu’en cas de cystite pour un traitement à base d’homéopathie c’est surtout les symptômes qui vont définir le remède (donc très individualisé), et non la maladie en elle-même.

Voici néanmoins des remèdes homéopathiques très utilisés lors de cystite :

– Cantharis, par ex. à la dilution 9CH (Cantharis 9CH). Posologie : 3 granules à laisser fondre sous la langue, à jeûn au besoin (3 à 4 fois par jour).

– Lors de cystite chronique Sepia officinalis 200K peut être indiqué. Posologie: prendre 1 dose unique le premier jour puis reprendre une autre dose unique une semaine après.

Pour de plus amples informations (notamment des remèdes plus personnalisés en fonction des symptômes) laissez-vous conseiller par un médecin-homéopathe ou pharmacien-homéopathe.

Bons conseils

– Buvez beaucoup : 1,5 à 2 litres de liquide par jour, car comme lors d’un refroidissement boire permet une dilution et une élimination des germes infectieux, dans ce cas les bactéries. Cette action est particulièrement efficace au niveau des voies urinaires et de la vessie.

Evitez de boire des sodas ou d’autres boissons gazeuses, privilégiez l’eau, des jus ou des tisanes à base de plantes médicinales contre les cystites.

Il est important de boire très rapidement environ 1 lt de liquide dès les premiers symptômes de la cystite en 1 heure de temps (par ex. en 3 prises de 3,3 dl chaque 20 minutes). L’objectif est de diluer les germes notamment au niveau de la vessie et faciliter leurs évacuations du tractus urinaire. Boire beaucoup est prouvé scientifiquement comme étant une mesure très efficace, que cela soit en prévention des cystites récidivantes ou comme mesure de thérapie.

– Vous pouvez appliquer une bouillotte sur le bas ventre pour soulager la douleur pendant la cystite.

Prévention

– Buvez beaucoup (au moins 1 litre chaque jour). Afin de prévenir des cystites à répétition vous pouvez aussi boire des jus (250 ml chaque jour) à base de plantes à baies (airelles rouges, canneberge). Attention toutefois, ces jus (surtout de canneberge) ne semblent pas beaucoup plus efficaces que de l’eau (selon des études scientifiques parues en 2005 et 2010).

– Luttez contre la fatigue et le stress, ces deux affections peuvent être responsables de l’apparition de cystite en affaiblissant le système immunitaire. Prenez par exemple des fortifiants ou des vitamines afin de renforcer ce système immunitaire.

fruits cystite– Augmentez vos défenses immunitaires en pratiquant par exemple un sauna, en s’alimentant sainement avec des fruits (riche en vitamines mais éviter les agrumes) ou avec des probiotiques (yaourts, lactobacilles…).

Vous pouvez également prendre des médicaments à base d’échinacée, de vitamine C ou des médicaments immunostimulants à base d’extraits de germes comme la bactérie E-coli (par ex. en vente en pharmacie en Suisse dans Uro-Vaxom®) pour renforcer le système immunitaire.

– Concernant l’alimentation, selon une Internaute de Creapharma.ch (Laya) sur la cystite: “Il faudrait éviter les agrumes (tous les agrumes), car ces fruits viennent d’un pays où ils sont cultivés pas encore mûrs, puis arrivés ici ils mûrissent mais gardent toute leur acidité. Ce surplus acide n’est pas supporté par tout le monde (maux de ventre ou cystite!) donc éviter à tout prix les agrumes, pas de jus, rien, ce régime m’a énormément aidé !”.

– Parfois, après les premiers rapports sexuels dans la vie d’une femme des restes d’hymen empêchent une bonne évacuation de l’urine et peuvent provoquer des cystites. C’est pourquoi certaines femmes observent une diminution voire un arrêt des cystites après la naissance de leur premier enfant. Pour autant que l’accouchement se déroule par voie basse, car cela permet d’évacuer de façon naturelle les restes d’hymen. Dans certains cas le médecin peut proposer une opération pour enlever de façon chirurgicale ces restes d’hymen.

– Habillez-vous chaudement et évitez de porter des sous-vêtements trop serrés, trop courts ou synthétiques (privilégiez des sous-vêtements en coton). Il faut remarquer que la mode n’aide pas les jeunes filles avec des pulls qui laissent souvent le ventre ouvert (attention en hiver !) car comme pour les refroidissements, le froid fragilise le système immunitaire et augmente ainsi le risque d’avoir une cystite.

– Changez régulièrement vos sous-vêtements, ils peuvent être une source d’agents infectieux.

– Soignez et prévenez tout problème de constipation le plus vite possible, en effet la constipation peut favoriser une fermentation intestinale qui pourrait aboutir à une propagation de bactéries vers les voies urinaires.

– Urinez lorsque le besoin se fait sentir, il n’est pas conseillé de se “retenir”, car les germes sensibles peuvent ensuite proliférer plus facilement.

– Ayez une bonne hygiène intime, l’utilisation de savons ou agents cosmétiques trop irritants peut, au contraire, favoriser l’entrée d’agents infectieux.

– Evitez l’utilisation de serviettes hygiéniques, en particulier chez les femmes souffrant de cystite à répétition. Privilégiez les tampons.

– Respectez des conseils d’hygiène au toilette, pour la femme s’essuyer d’avant en arrière, en direction de l’anus. Afin d’éviter de contaminer les voies urinaires par des agents infectieux fécaux.

– Parfois des rapports sexuels peuvent favoriser la survenue de cystites, il est conseillé de boire avant le rapport et juste après d’aller uriner (vider sa vessie), cela permet une “élimination” de certains germes susceptibles de provoquer une cystite.

– Si vous êtes à l’âge de la ménopause, il faut savoir qu’une sécheresse vaginale symptomatique de la ménopause peut favoriser des infections urinaires. Parlez-en à votre médecin si tel devrait être le cas afin d’agir de façon préventive.

– Consultez également notre remède de grand-mère pour prévenir la cystite : le vinaigre de cidre.

– En cas de cystites à répétition l’acupuncture peut être une médecine alternative efficace. L’action de l’acupuncture reposerait sur une stimulation du système immunitaire et sur le renforcement de certains organes du système urinaire (vessie par ex.). Demandez conseil à votre acupuncteur pour connaître le nombre de séances recommandées. Selon une étude norvégienne, 2 séances par mois pendant 1 mois ont permis de réduire le nombre de cystites les 6 mois suivants les séances d’acupuncture.

News (actualités) sur la cystite

Ces thèmes peuvent vous intéresser: goutte, ménopause

Sources utilisées: Mayo Clinic (institution médicale de référence aux Etats-Unis), PubMed,[email protected] (revue médicale de l’Université de Bâle, Suisse)

Comment traduit-on la cystite dans d’autres langues ?
  • Portugais: cistite
  • Espagnol: cistitis

Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 15.05.2016

Thèmes