Migraine

Résumé sur la migraine

Résumé migraineLa migraine est une maladie caractérisée par des douleurs intenses et répétées dans la tête. Elle peut être accompagnée ou non d’aura (lire ci-dessous pour davantage d’informations). On distingue différents types de migraine avec en particulier la migraine avec ou sans aura.
Les femmes sont beaucoup plus touchées que les hommes, en grande partie à cause de variations hormonales pendant les cycles. En effet, 18% de femmes sont atteintes par la migraine contre 8% d’hommes.


Les causes de la migraine ne sont pas encore totalement identifiées, on estime toutefois que certains facteurs génétiques, hormonaux et (neuro)vasculaires jouent un rôle déterminant. On sait par exemple que la sérotonine, un neurotransmetteur, a une fonction importante dans la migraine.

Certains facteurs externes peuvent déclencher une crise de migraine comme le stress, le manque de sommeil, des changements brusques de températures, la prise de certains aliments, etc. Lire sous: causes

Les principaux groupes à risque sont comme on l’a vu les femmes. On peut aussi relever que les femmes enceintes, les personnes de moins de 40 ans et les individus avec des cas de migraine dans la famille sont davantage atteints par cette forme particulière de mal de tête.

Les symptômes peuvent varier en fonction du type de migraine. Un symptôme qui revient dans la plupart des cas est une douleur pulsatile intense et localisée en général seulement sur une partie de la tête. Cette douleur se manifeste en général au début de façon légère puis augmente avec le temps en intensité.

Une crise de migraine est souvent accompagnée de nausées et de vomissements ainsi que d’une sensibilité à la lumière et au bruit accrue.

Pendant une crise de migraine, il est difficile d’effectuer les tâches courantes du quotidien, c’est pourquoi de nombreux patients se réfugient dans leur chambre ou dans un endroit tranquille.
Une crise de migraine peut durer de quelques heures à 3 jours.

L’aura
Chez un patient sur trois, la migraine est précédée d’une aura, on parle dans ce cas de migraine avec aura. Une aura se caractérise souvent par des troubles de la vision, des fourmillements ainsi que des modifications dans l’expression. Une aura peut durer de 5 à 60 minutes, avec en général une durée moyenne de 15 minutes.

Le diagnostic repose sur un examen clinique avec des examens physiques et neurologiques détaillés. Il peut aussi inclure certains examens complémentaires comme une tomographie, la résonnance magnétique et/ou une ponction lombaire.
La migraine entraîne en général aucune complication grave pour la santé.

Le traitement de la migraine varie selon le type de migraine. On distingue les traitements à usage thérapeutiques de ceux avec une fonction préventive.
Pour soigner la crise de migraine on utilise surtout des AINS (anti-inflammatoire non stéroïdiens) comme l’ibuprofène ou l’aspirine, le paracétamol (avec ou sans caféine) ainsi que les triptans, une classe de médicaments qui a révolutionné le traitement de la migraine.

Traitement migrainePour prévenir les crises de migraine, le médecin peut prescrire différents médicaments comme des bétabloquants, antidépresseurs, antiépileptiques (ex. topiramate), antihypertenseurs, antagonistes du calcium, etc. Selon certains ouvrages médicaux, ces médicaments commencent à faire effet seulement 2 à 3 mois après la première prise. Attention, chaque médicament est différent et il peut exister d’importantes différences pour chaque traitement à usage préventif. Lire sous: traitements

Des traitements naturels peuvent avoir un effet sur la migraine. Le plus connu est probablement le café, riche en caféine, permettant pour certaines personnes d’apaiser les crises. D’autres plantes indiquées en cas de migraine sont la grande camomille ou la menthe poivrée.

Un bon moyen de prévention de la migraine est d’adopter un style de vie sain comme manger de façon équilibrée, pratiquer régulièrement de l’exercice, ne pas fumer et boire le moins d’alcool possible.

Chez la femme, surtout en cas migraine avec aura, la pilule contraceptive peut augmenter le nombre de crises, il faudra donc éviter cette méthode contraceptive.

Il est important de bien connaître les facteurs déclenchant de la migraine (stress par ex.), afin de prévenir l’apparition de nouvelles crises. Par exemple, si vous souffrez de stress et que c’est pour vous un facteur déclenchant, il peut être utile de faire un cours ou une thérapie pour apprendre à mieux gérer le stress et savoir y faire face. Vous pouvez aussi écrire un petit journal dans lequel vous détaillez vos différentes crises de migraine, cela peut vous aider à mieux comprendre le contexte d’apparition des migraines et aussi d’en informer le médecin.

Définition

Définition migraineLa migraine est une maladie caractérisée par des douleurs intenses, souvent violentes et répétées dans la tête. Les douleurs sont de type pulsatile. Une migraine dure de quelques heures à plusieurs jours (2 ou 3). La migraine est localisée sur un seul côté de la tête, à la différence d’une céphalée de tension touchant toute la tête (ou en tout cas le haut).
La migraine est une céphalée (mal de tête), on compte environ 100 types différents de mal de tête. La migraine appartient avec la céphalée de tension et la céphalée en grappe aux 3 principaux types de mal de tête.
Certains type de migraine sont précédés de symptômes sensoriels et en particulier visuels qui mettent en garde la personne qu’elle va souffrir de migraine. Ces symptômes portent le nom d’aura. L’aura peut varier de 5 à 60 min mais a en général une durée de 15 minutes.

On distingue différents types de migraine, caractérisés en général par des symptômes différents.

– Migraine avec ou sans aura.

– Migraine menstruelle, apparaissant 2 jours avant l’apparition des règles et 3 jours après sa fin.


– Migraine ophtalmique, associée à une paralysie des 3ème, 4ème et 6ème nerfs crâniens, affecte en particulier les enfants de moins de 12 ans mais peut aussi toucher les adultes. Forme rare de migraine.

– Migraine hémiplégique familiale, lorsqu’il y a des troubles moteurs pendant l’aura, c’est une forme très rare.

– Migraine rétinienne, avec une perte momentanée de la vision. Il s’agit d’une forme rare de migraine.

– Céphalée chronique quotidienne et notamment la migraine transformée.

– Status migraineux, avec des crises de migraine qui manifestent sur une longue durée (jusqu’à 72 heures) .

Epidémiologie

La migraine peut toucher les deux sexes. Toutefois les femmes sont beaucoup plus touchées par la migraine que les hommes, probablement à cause de variations hormonales pendant les cycles. En effet, 18% de femmes sont atteintes par la migraine contre 8% d’hommes.

Relevons que chez les enfants de moins de 12 ans, la proportion de filles souffrant de migraine égale celui des garçons. Une raison de plus pour y avoir une influence hormonale.

Les personnes de moins de 40 ans sont particulièrement touchées par la migraine. Relevons que certaines sources parlent d’un âge critique pour la migraine de 30 à 45 ans.
On estime que 15 à 20% des patients souffrant de migraine souffrent d’aura avant la crise, d’autres sources avancent le chiffre d’une personne sur trois.

Aux Etats-Unis, environ 30 millions de personnes (environ 10% de la population) sont touchés par la migraine.

Au Royaume-Uni, environ 6 millions de personnes (environ 10% de la population) souffrent de migraine, en moyenne ces personnes souffrent de 13 crises par année.

Dans 50 à 60% des cas de migraine un parent au moins souffre de cette céphalée. La composante héréditaire est donc très forte.

Causes

cause de la migraineLes causes de la migraine ne sont pas encore totalement identifiées, on estime toutefois que certains facteurs génétiques, hormonaux et neuro-vasculaires jouent un rôle déterminant. On sait que la sérotonine, un neurotransmetteur, a une fonction importante dans l’apparition de la migraine. Les personnes migraineuses ont un risque deux fois plus élevé de souffrir de dépression, la sérotonine qui a un rôle important dans cette maladie psychique explique en partie ce risque plus élevé.
Certains facteurs externes peuvent déclencher une crise de migraine comme par exemple :

– Variations hormonales chez la femme, en particulier les oestrogènes. C’est pour cela que beaucoup de femmes souffrent de migraine pendant les règles ou la grossesse. La prise de contraceptifs comme la pilule peut dans certains cas déclencher une migraine, surtout en cas de migraine avec aura.

– La consommation de certains aliments comme le fromage, le chocolat, le vin, etc. Les médecins estiment toutefois que l’influence de l’alimentation est relativement faible. Les spécialistes recommandent de consommer des aliments avec un indice glycémique (IG) bas.

– La prise d’alcool ou de tabac, voire dans certains cas de caféine (peut aussi avoir un effet positif)


Troubles du sommeil, excès de sommeil ou modifications dans les habitudes du sommeil (ex. décalage horaire, travail de nuit)

– Facteurs physiques comme un exercice intense

– Déshydratation (manque d’eau), boire au moins 1.5 litre d’eau par jour est très recommandé

– Prise de certains médicaments, notamment des hormones (ex. prises à la ménopause ou pour la contraception)

– Lumière (selon une étude parue en 2010, la lumière aggraverait la migraine, lire aussi sous actualité)

– Dépression (il existe toutefois une controverse dans la communauté médicale, certains pensent que la migraine favorise la dépression, d’autres le contraire. On sait toutefois qu’un lien fort existe entre ces 2 maladies)

– Le stress

– Changements brusques de température et changement de pression de l’air. Il faut relever que les causes de la migraine dépendent d’une combinaison de facteurs autant internes (génétiques, hormonaux) qu’externes (stress, sommeil).

Remarque intéressante :
Origines scientifiques de la migraine
– L’origine, d’un point de vue pharmacologique, n’est pas entièrement prouvée, toutefois on suppose que la crise migraineuse a pour origine une libération de médiateurs inflammatoires à l’extrêmité des fibres de la douleur (fibres nociceptives afférentes, avec substance P, NO,…) ou une altération de la circulation cérébrale.
(source : Atlas de Pharmacologie, 2ème Edition, Lüllmann & Co chez Médecine-Science Flammarion)

– Une étude parue en 2010 d’Angleterre a montré que les synapses des personnes atteintes de migraine présentaient une “hyper-excitabilité” à des neurotransmetteurs, de nouveaux médicaments pourraient donc venir bloquer ces neurotransmetteurs et améliorer dans le futur la thérapie de la migraine.

Personnes à risque

Les principaux groupes à risque sont les femmes. On peut aussi relever que les femmes enceintes, les personnes âgées de moins de 40 ans et les individus avec des cas de migraine dans la famille sont davantage atteints de migraine.

Symptômes

Symptômes migraine Les symptômes peuvent varier en fonction du type de migraine. Un symptôme qui revient dans la plupart des cas est une douleur pulsatile intense localisée en général seulement sur une partie de la tête.
La douleur dans la tête se manifeste en général au début de façon légère puis augmente avec le temps en intensité.

Une crise de migraine est souvent accompagnée de nausées et vomissements ainsi que de sensibilité à la lumière et au bruit. Une crise de migraine peut durer de quelques heures à 72 heures.

Chez un patient sur trois, la migraine est précédée d’une aura, on parle de migraine avec aura. Une aura se caractérise souvent par des troubles de la vision, des fourmillements ainsi que des modifications dans l’expression. Une aura peut durer de 5 à 60 minutes, avec en général une durée moyenne de 15 minutes.

La migraine entraîne en général aucune complication grave.

Différence entre la migraine et le mal de tête

Selon la société internationale des maux de tête, on parle de migraine (par opposition aux maux de tête classiques ou céphalée de tension par exemple ) lorsque :

A. Au moins 5 crises de migraine se sont déjà produites qui satisfont aux critères B, C et D

B. La durée de la crise ou attaque était comprise entre 4 et 72 heures

C. Le “mal de tête” (migraine) a au moins deux de ces caractéristiques :
– localisation unilatérale (d’un côté de la tête);
– la douleur est pulsatile (“ça frappe dans la tête”);
– intensité moyenne à importante (empêche ou rend difficile les tâches quotidiennes), handicapant pour le migraineux;
– aggravation de la migraine par les tâches quotidiennes, par exemple monter un escalier.

D. Au moins un symptôme associé :
nausées et/ou vomissement;
– grande sensibilité au bruit et à la lumière.

Si vous avez un doute, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien.

Diagnostic

Le diagnostic exact de la migraine est souvent difficile à effectuer, car il n’y a pas de tests à disposition directs comme une analyse génétique ou sanguine. Une longue discussion et sérieuse avec le médecin suite à son expérience permet d’établir un diagnostic.

En général le diagnostic repose sur un examen clinique avec des examens physiques et neurologiques détaillés. Il peut aussi inclure certains examens complémentaires comme une tomographie, la résonnance magnétique et/ou une ponction lombaire.

Complications

On sait, comme l’indique la société savante américaine de cardiologie American Heart Association (AHA) dans un communiqué paru en février 2014, que les femmes souffrant de migraine avec aura devraient arrêter de fumer pour éviter un risque élevé d’accident vasculaire cérébral (AVC).

Traitements (médicaments)

Le traitement de la migraine varie selon le type de migraine. On distingue les traitements à usage thérapeutiques de ceux préventifs.

Résumé des traitements

Pour soigner la crise de migraine on utilise surtout les AINS (anti-inflammatoire non stéroïdiens) comme l’ibuprofène ou l’aspirine, le paracétamol (avec ou sans caféine) ainsi que les triptans. Une classe de médicaments qui a révolutionné le traitement de la migraine.

Pour prévenir les crises de migraine, le médecin peut prescrire différents médicaments comme des bétabloquants, antidépresseurs, antiépileptiques (topiramate), antihypertenseurs, antagonistes du calcium, etc. Selon certains ouvrages médicaux, ces médicaments commencent à faire effet seulement 2 à 3 mois après la première prise. Attention, chaque médicament est différent et il peut exister d’importantes différences pour chaque traitement à usage préventif.

A. Traitements de la crise (symptômatique et causal)

1. Premier choix : en cas de crise de migraine moderee

Analgésiques
– acide acétylsalicilique (Aspirine® ) 0.5 à 1 gr en comprimé;
– ibuprofène : 0.2 à 0.6 gr en comprimé;
paracétamol : 0.5-1.0 gr en comprimé ou en suppositoire.

Antiémétiques
– metoclopramide (prouvé en décembre 2004 par une étude comme jouant un rôle bénéfique dans le traitement de la crise de la migraine);
– domperidone (en comprimé ou en suppositoire).

2. Deuxieme choix : si efficacite du premier n’a pas marche

Lors de crise moyenne, nausée supportable (modérée) et pas de vomissement au début :

– Triptans oraux (en comprimé), contre-indiqué en cas d’insuffisance cardiaque.

Lors de crise importante, nausées importantes caractérisées par des vomissements au début précoces :
– triptans sous cutané (injection), nasaux, rectal en cas de crise sévère et vomissement tôt, contre-indiqué en cas d’insuffisance cardiaque.

Egalement possible de prendre en cas de crise importante :
– Aspirine® 0.5-1.0 gr en intra vasculaire- Dérivés de l’ergot de seigle, attention de ne pas en abuser.

B. Traitements médicamenteux en prévention de la crise de migraine

Les médicaments cités ci-dessous sont sur prescription du médecin, nous vous informons des thérapies à disposition afin par exemple de ne pas être surpris d’une ordonnance pour soigner la migraine avec un antidépresseur, c’est normal.

1. Béta-bloquants : par exemple le propranolol

2. Antagonistes du calcium : p. ex. la flunarizine

3. Antidépresseurs : p.ex. l’amitriptyline

4. Antagonistes des recepteurs 5-HT-2 à la sérotonine : p.ex. pizotifène, méthylsergide

5. Antiépileptiques: p. ex. le topiramate

Il faut mentionner qu’on ne doit jamais prolonger un traitement de fond s’il est inefficace. Il risquerait d’aggraver la pathologie et de provoquer des effets secondaires.

Finalement et pour être tout à fait complet à ce sujet, sachez qu’il existe des traitements non médicamenteux comme l’acupuncture qui aurait une certaine efficacité dans le traitement de la migraine.

Pour spécialistes : mécanisme réactionnel des triptans : Les triptans agissent sur les récépteurs à la sérotonine 5-HT1D, ils sont très séléctifs (en comparaison des dérivés de l’ergot de seigle, avec effets sur les vaisseaux sanguins, risque d’ergotisme=gangrène) et exercent un effet constricteur.

Risques avec l’utilisation de certains médicaments contre la migraine

Les dérivés de l’ergot de seigle (ou alcaloïdes de l’ergot de seigle) peuvent provoquer une gangrène, des vomissements ainsi que des migraines provoquées par les médicaments eux-mêmes.
Il est donc conseillé si possible d’éviter ou de très peu consommer cette classe de médicament, utiliser préférablement des analgésiques ou des triptans.

La prise de trop d’analgésiques (aspirine,…) peut également provoquer des migraines ou céphalées dus à l’abus de médicaments, ainsi un cercle vicieux peut s’installer.
Parlez-en à votre médecin si tel semble être le cas pour vous, il trouvera la bonne solution.

Traitements naturels

Les plantes médicinales ci-dessous ont su montrer une certaine efficacité pour soigner la migraine. Nous pensons néanmoins que ces médicaments naturels doivent rester une alternative mais ne doit pas être considéré comme médicament de premier choix (ex. triptans,…).

Certains traitements naturels peuvent avoir un effet sur la migraine. Le plus connu est probablement le café, riche en caféine, permettant pour certaines personnes d’apaiser les crises. D’autres plantes indiquées en cas de migraine sont la grande camomille ou la menthe poivrée.

– Le café, à consommer sous forme de boisson (café, soda,…) . Le café peut agir favorablement sur la migraine.

café contre la migraine

– La menthe poivrée, à prendre sous forme d’infusion ou en huile essentielle.

menthe contre la migraine

– La grande camomille (feverfew), à prendre sous forme d’infusion ou en gélule.

grande camomille contre la migraine

– Le romarin, par ex. sous forme d’huile essentielle. Efficace notamment contre les maux de tête.

romarin contre la migraine

– La camomille romaine, à prendre sous forme d’infusion ou en huile essentielle.

camomille romaine contre la migraine

Bons conseils

– Pratiquer du sport (rapport d’une étude scientifique). Selon une étude d’une université turque, la pratique de sport aurait un effet prophylactique contre les crises de migraines.
Les sociétés allemandes de migraine et de maux de tête approuvent cette découverte.

D’un point de vue scientifique on pense que la pratique d’un sport (en l’occurence ici aérobie (avec oxygène), c’est-à-dire type course d’endurance, foot, tennis,…) diminuerait la fréquence des apparitions des maux de tête, ceci, car le taux de béta-endorphines, substances naturellement sécrétées par le cerveau comme anti-douleur, serait augmentée lors de la pratique régulière d’un sport.

Néanmoins d’autres études sont nécessaires pour évaluer le rôle joué par les endorphines dans l’apparition de crise de migraines, toutefois le sport étant également et cette fois assurément bénéfique en prévention des maladies cardio-vasculaires ce qui vous fera donc aucun mal. (www.apotheke.com, relayée par de nombreux autres médias, août 04)

– Bien connaître les causes ou facteurs déclenchant de la migraine. Par exemple en tenant un petit journal où vous marquez quand vous avez eu vos dernières migraines, notez votre alimentation, la météo,… avant d’avoir eu votre migraine.
Il faut tout faire pour prévenir les causes (facteurs déclenchant) de la migraine pour autant bien sûr qu’il y en ait et qu’elles soient connues.
Par exemple éviter de manger une nourriture trop grasse et trop volumineuse ainsi que de boire trop le soir.
Surveillez votre consommation d’alcool, régulez votre sommeil,….
Chacun doit trouver ce qui lui fait du bien !

– Evitez de consommer trop de caféine (plus de 3 cafés par jour par exemple) ou des médicaments à base de caféine toutefois un ou deux cafés par jour peut néanmoins faire du bien

– Evitez aussi une consommation trop importante de triptans et autres ergotamines. Tous ces composants peuvent favoriser la migraine et les maux de tête.

– Utiliser des médicaments pour prévenir la migraine (sur prescription du médecin). Dans certains cas la consommation de vitamine B2 (riboflavine) fortement dosée peut avoir un effet préventif contre la migraine. D’autres techniques non médicamenteuses comme l’acupuncture peut aussi s’avérer efficace.

– Porter un bonnet l’hiver, en effet le froid peut déclencher des migraines.

– Cela dit, dans certains cas le froid peut calmer les migraines. De ce fait appliquer une poche contenant un gel que l’on garde au congélateur peut être salutaire

– Consommer du magnésium, en complément ou dans l’alimentation. Chez la femme consommer 270 mg par jour et chez l’homme 300 mg. Le magnésium pourrait prévenir chez certains patients la fréquence des crises.

– Boire régulièrement et en particulier de l’eau. La déshydratation peut être une cause de la migraine.

Dernières actualités sur la migraine – News migraine

– 10 bons conseils pour prévenir la migraine.

Comment traduit-on la migraine dans d’autres langues ?
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 27.02.2016

Thèmes