Mises à jour sur Creapharma.ch – année en cours (2020)





Publicité

MISES A JOUR SUR LE SITE CREAPHARMA.CH (LE REPOSITORY OU DÉPÔT DE MISES À JOUR DE CREAPHARMA) 

2020

Retrouvez les dernières news sur le nouveau coronavirus directement en page d’accueil de Creapharma.ch

AVRIL

30 avril 2020 (mise à jour à 13h59 GMT)
Covid-19 : espoir d’un médicament efficace contre le SARS-CoV-2 
Le 29 avril 2020, Trump et son équipe de conseillers scientifiques ont mentionné une étude sérieuse (double-aveugle, etc) concernant le remdesivir diminuant la durée des symptômes graves chez des personnes hospitalisées de 15 jours à 11 jours, il y aurait aussi une diminution de la mortalité (mais l’étude n’a pas été construite pour cela), comme l’a informé CNN le 29 avril 2020. Pour être précis c’est le Dr Anthony Fauci, médecin immunologiste de référence mondiale et conseiller de Trump, qui a annoncé cette nouvelle positive. Il compare même le remdesivir à l’arrivée de l’AZT contre le VIH il y a 34 ans. Selon le Dr Fauci c’est la preuve qu’un médicament peut contenir ou agir sur le virus. Le 29 avril 2020, l’étude n’avait toutefois pas encore été publiée dans une revue scientifique de référence. Au total 1063 patients ont participé à cette étude et plusieurs équipes de chercheurs à travers le monde (Etats-Unis, Europe et Asie). L’essai a duré du 21 février au 19 avril 2020. Un autre résultat intéressant en plus de diminuer le temps de récupération à l’hôpital de 15 jours à 11 jours est la diminution du taux de mortalité, 8% des patients qui ont pris le médicament sont morts contre 11,6% qui ont pris un placebo. Le 30 avril 2020, le remdesivir n’était autorisé pour aucune maladie à travers le monde par des agences comme la FDA américaine.

23 avril 2020
Vaccins à base de mRNA contre le Covid-19

Vaccination (calendrier vaccinal)Cette nouvelle famille de vaccins semble prometteuse pour la vaccination contre le Covid-19. Néanmoins aucun vaccin à base de mRNA n’était autorisé dans le monde en avril 2020, notamment par exemple par le renommée agence FDA aux Etats-Unis. En avril 2020, deux entreprises (Moderna aux Etats-Unis, Biontech en Allemagne) menaient des recherches pour développer un vaccin contre le Covid-19. La société Biontech a annoncé le 22 avril 2020 débuter une étude clinique en Allemagne à base d’un vaccin à mRNA contre le Covid-19. Ces vaccins mRNA ciblent directement le matériel génétique des cellules humaines en les programmant pour faire face aux antigènes des agents infectieux comme les virus. Le but est de bloquer l’entrée du virus dans les cellules humaines en ciblant les Spike-protein qu’on retrouve une centaine de fois sur toute l’enveloppe du virus. Il s’agit d’une technique différente des vaccins à base de virus morts ou vivants. L’arrivée sur le marché d’un vaccin contre le Covid-19 fait l’objet de beaucoup de controverses, certains spécialistes ou cadres de l’industrie pharmaceutique estiment une arrivée possible à la fin de cette année (2020) et d’autres estiment qu’il faudra plusieurs années (ex. 2024).
Plus d’informations sur la vaccination

22 avril 2020
Hydroxychloroquine, plusieurs études récentes montrent sa non efficacité 
Plusieurs études (américaine, brésilienne, française et chinoise) ont montré ces derniers jours la non-efficacité de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19. Le média global de référence CNN.com rapporte le 22 janvier 2020 (heure GMT) même que l’hydroxychloroquine pourrait augmenter le taux de mortalité en citant une étude. Le mélange hydroxychloroquine et azithromycine (antibiotique) n’a pas non plus diminué la mortalité par rapport à ceux ne prenant pas ces deux molécules (ou cocktail) chez des patients atteints de Covid-19.
Plus d’informations sur l’hydroxychloroquine

16 avril 2020
Exercice physique pour réduire les symptômes graves du Covid-19, effet d’un antioxydant (étude)
où courirL’exercice régulier peut réduire le risque de syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA ou en anglais : acute respiratory distress syndrome), une cause majeure de décès chez les patients atteints du Covid-19, selon une étude publiée le 16 avril 2020 dans le journal scientifique Redox Biology (DOI : 10.1016/j.redox.2020.101508). Le Dr Zhen Yan qui a dirigé cette étude invite les gens à faire de l’exercice sur la base de ses conclusions, qui suggèrent également une approche thérapeutique potentielle. Son étude a montré a montré que les résultats de la recherche médicale “soutiennent fortement” la possibilité que l’exercice puisse prévenir ou au moins réduire la gravité du SDRA, qui touche entre 3 et 17 % de tous les patients atteints de Covid-19. Sur la base des informations disponibles, les CDC américaines estiment que 20 à 42 % des patients hospitalisés pour le Covid-19 développeront un SDRA. Pour les patients admis en soins intensifs, la fourchette est estimée entre 67 % et 85 %. Les recherches menées avant la pandémie ont suggéré qu’environ 45 % des patients qui développent un SDRA grave mourront.
Les découvertes sur une enzyme antioxydante endogène fournissent des indices importants et ont interrogé les chercheurs pour développer une nouvelle thérapie pour le SDRA causé par Covid-19. Un antioxydant connu sous le nom de “superoxyde dismutase extracellulaire” (EcSOD) ou en anglais “extracellular superoxide dismutase” serait à l’origine de cet effet protecteur. Ce puissant antioxydant chasse les radicaux libres nocifs, protégeant ainsi nos tissus et aidant à prévenir les maladies. Nos muscles fabriquent naturellement l’EcSOD, la sécrétant dans la circulation pour permettre sa liaison à d’autres organes vitaux, mais sa production est renforcée par l’exercice cardiovasculaire. Les recherches suggèrent que même une seule séance d’exercice augmente la production de l’antioxydant.
Cela pourrait expliquer pourquoi environ 80% des patients atteints de Covid-19 ont des symptômes modérés sans avoir besoin d’aide respiratoire. Des médicaments ou traitements pourraient aussi un jour être développés, comme une thérapie génique, par exemple, pourrait un jour être utilisée pour augmenter la production de cet antioxydant afin que sa présence protectrice dans les poumons soit renforcée chez les patients luttant contre le Covid-19.
Plus d’informations sur le nouveau coronavirus

15 avril 2020
Grand risque d’imprécision avec les tests sérologiques
Beaucoup de tests sérologiques, basés sur une recherche d’anti-corps, peuvent s’avérer imprécis. Par exemple ils pourraient détecter des anti-corps provenant de coronavirus à l’origine du refroidissement (rhume) et pas le SRAS-CoV-2 à l’origine du Covid-19, dans ce cas on parle de faux-positif. C’est pourquoi la FDA, l’agence américaine d’enregistrement des médicaments, met en garde contre certains tests sérologiques, comme l’a informé CNN le 15 avril 2020.
Plus d’informations sur ces tests (rubrique Diagnostic)

13 avril 2020 (19h54 GMT) 
France 
Le Président français Emmanuel Macron a décidé de prolonger le confinement jusqu’au lundi 11 mai 2020. Les collèges, crèches et lycées devraient rouvrir progressivement à partir du 11 mai.

2 avril 2020
Comment fonctionne la méthode par détection d’anticorps (prise de sang) ? 
Embolie pulmonaire définitionCette méthode de diagnostic détecte par une prise de sang des anticorps endogènes (du propre corps) contre le SRAS-CoV-2, par exemple par la détection d’IgG ou d’IgM dans le sang (sérodiagnostic). Il existe des tests rapides, qui peuvent être effectués en 15 minutes environ en laboratoire. Lorsque le corps se bat contre un agent pathogène (ex. virus), le système immunitaire produit des anticorps qui sont des protéines qui se lient spécifiquement aux antigènes à la surface des agents pathogènes (ex. virus). Si on utilise une métaphore, l’anticorps est comme une clé qui se fixe à la serrure qu’est l’antigène. Il faut savoir que les anticorps circulent pendant des semaines ou mois dans le corps après l’infection. Ces tests de détection d’anticorps sont particulièrement utiles pour les personnes qui pensent avoir été infectées mais pour différentes raisons n’ont pas pu effectuer le test par PCR mais aussi pour la population générale, car on sait que jusqu’à 50% des personnes infectées ne présentent pas de symptômes (on parle de cas dits asymptomatiques). Idéalement, l’entier de la population devrait être testée. Des pays comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou la Hollande préparent des tests à grande échelle par détection d’anticorps dans le sang. Il est toutefois important que ces tests soient fiables et ne présentent pas de faux négatifs et surtout de faux positifs (ex. le test indique que la personne a été infectée mais en fait elle ne l’a pas été, le risque est que la personne s’infecte par la suite).

1er avril 2020 (mise à jour à 18h00 GMT)
Personnes infectées mais sans symptômes du Covid-19

De 25 à 50% des personnes testées positives au Covid-19, c’est-à-dire infectées par le virus, ne présentent aucun symptôme. On parle de cas asymptomatiques, comme le relève CNN le 1er avril 2020. Selon l’OMS, 80% des patients souffrent d’une forme bénigne de la maladie, c’est-à-dire sans évolution grave. Les personnes dans ce cas sont donc soit sans symptômes ou avec des symptômes légers ou modérés.

FEVRIER

27 février 2020
Fonctionnement du test du nouveau coronavirus
Si l’on soupçonne la présence du coronavirus Sars-CoV-2 – l’agent pathogène du Covid-19, ce virus est généralement détecté à l’aide d’un test de biologie moléculaire. Tout d’abord, un médecin prélève un échantillon des voies respiratoires d’un patient – soit par un frottis, soit un crachat de mucus.
Cet échantillon est préparé puis envoyé en laboratoire où des spécialistes recherchent le matériel génétique du virus à l’aide d’un test appelé PCR (ou RT-PCR). Pour simplifier, une section spécifique du génome du virus est copiée des millions de fois grâce à la PCR. Les copies sont marquées en couleur avec une sonde. Ce marquage en couleur peut ensuite être rendu visible avec des équipements complexes. Si des signaux de couleur correspondants sont présents, l’échantillon est un “échantillon positif”. Dans des conditions idéales, un tel test dure de 3 à 5 heures dans un laboratoire spécialisé.
[avec des informations de l’agence de presse Keystone – ATS, Pharmapro.ch, site partenaire de Creapharma.ch, est client de cette agence de presse suisse en allemand]
Plus d’informations sur le nouveau coronavirus

21 février 2020
Variole (éradication) 
Il y a 40 ans, soit en 1980, la variole était éradiquée de la planète terre. C’était la première et unique maladie infectieuse à être éliminée. La variole a été responsable au 20ème siècle d’environ 300 millions de morts. On estime que cette maladie virale existe depuis plus de 5000 ans. C’est notamment suite à une campagne de vaccination mondiale menée par l’OMS que la variole a été considérée comme éradiquée en 1980. Le dernier cas naturel de variole a été enregistré en 1977 en Somalie, selon l’Office Fédéral Suisse de la Santé (OFSP). La variole est une maladie très contagieuse qui se transmet facilement d’un individu à l’autre. En 1796 le médecin anglais Edward Jenner avait développé un vaccin contre la variole.

5 février 2020
Industrie pharmaceutique (Big Pharma)

Le géant pharmaceutique américain Merck & Co (MSD) a l’intention de se défaire d’une grande partie de ses activités pharmaceutiques et de se concentrer principalement sur ses principaux moteurs de croissance à l’avenir. Les activités liées à la santé des femmes, aux biosimilaires et aux anciens médicaments vont être transférées dans une nouvelle société cotée en bourse, a annoncé Merck & Co mercredi 5 février 2020. MSD veut se concentrer encore plus sur les médicaments contre le cancer. Le groupe américain connaît un succès important avec leur immunothérapie contre le cancer, le Keytruda, qui est l’un des médicaments les plus vendus au monde avec un chiffre d’affaires de 11,1 milliards de dollars (USD) en 2019.
Les plus grands laboratoires pharmaceutiques du monde (sur Pharmapro.ch)

4 février 2020
Lutte contre le tabagisme en Belgique
Les dernières possibilités de publicité pour les produits du tabac expireront en Belgique à la fin de l’année 2020. La publicité pour le tabac dans les vitrines et sur les présentoirs sera alors interdite, ainsi que la publicité lumineuse, selon une décision unanime de la commission de la santé du Parlement belge, mardi (04.02.2020), selon l’agence de presse belge Belga. Le 1er janvier 2021, il sera également interdit de fumer dans les voitures lorsque des mineurs y sont assis. Les infractions seront punies de 500 à 3000 euros.
[avec des informations de l’agence de presse Keystone – ATS, Pharmapro.ch, site partenaire de Creapharma.ch, est client de cette agence de presse suisse en allemand]
Plus d’informations sur l’arrêt du tabac

JANVIER

21 janvier 2020
valeriane-fotoliaPhytothérapie, un petit marché mais en croissance
Il y a assez peu de chiffres disponibles sur le marché concernant les médicaments à base de plantes médicinales (phytothérapie). On peut citer ce chiffre intéressant provenant du Brésil. En 2018, le marché des médicaments de phytothérapie (en portugais fitoterápeuticos) représentait 2,3 milliards de R$ (Reais), soit environ 500 millions de USD. Ce chiffre ne représente toutefois que 2,2% du marché total de l’industrie pharmaceutique brésilienne, selon un article du journal O Estado de S.Paulo publié le 20 janvier 2020. La croissance des médicaments de phytothérapie au Brésil est toutefois positive, supérieure à l’inflation, et croît en volume de boîtes vendues d’environ 2% par année. Comme dans la plupart des pays du monde, il y a une demande pour des produits plus sains et moins “chimiques”. La ville de Sao Paulo, plus grande ville du Brésil, a distribué sur ordonnance gratuitement par son système de santé en 2019 plus de 6,7 millions de boîtes de médicaments de phytothérapie à base de 4 plantes : soja (isoflavones de soja), harpagophytum, espinheira-santa (contre la gastrite) et valériane.
Plus d’informations sur les plantes médicinales

18 janvier 2020
Les flavonoïdes pourraient prévenir le diabète de type 2 Bénéfices du thé vert (étude)
Selon une étude chinoise réalisée sur plus de 100’000 hommes et femmes avec un âge moyen d’environ 50 ans, la consommation d’au moins 3 tasses de thé vert par semaine pendant une durée d’au moins 8 ans réduisait de 56% le risque de mortalité par maladies cardiovasculaires. L’augmentation de la durée de vie pour ceux qui buvaient du thé vert était d’1,26 année. Cette étude a été publiée le 8 janvier 2020 dans le journal scientifique European Journal of Preventive Cardiology (DOI : 10.1177/2047487319894685). Le thé noir, par contre, n’a pas montré les mêmes propriétés bénéfiques que le thé vert, riche en polyphénols.
Plus d’informations sur le thé vert

– Septicémie, plus fréquente qu’on ne le croyait
Une étude publiée le 18 janvier 2020 dans la prestigieuse revue médicale The Lancet (DOI : 10.1016/S0140-6736(19)32989-7) a montré que la septicémie (sepsis) provoque un décès sur cinq dans le monde, soit deux fois plus qu’on ne le croyait auparavant. Plus de 40% de tous les nouveaux cas surviennent dans la petite enfance. L’infection des voies respiratoires basses comme la bronchite, bronchiolite, grippe ou la pneumonie est la cause sous-jacente la plus courante de ces décès, selon les chercheurs. Les pays à revenus faibles ou moyens comme des pays d’Afrique sont de loin parmi les plus touchés.
Plus d’informations sur la septicémie (sepsis)

17 janvier 2020
Alzheimer, le rôle des lymphocytes T
Le déclin cognitif pourrait s'accélérer après une crise cardiaque, une angine de poitrine (étude)Des cellules immunitaires qui devraient nous protéger pourraient agir comme déclencheur dans le cerveau et être à l’origine de la maladie d’Alzheimer, selon une étude publiée le 8 janvier 2020 dans le prestigieux journal scientifique Nature (DOI : 10.1038/s41586-019-1895-7). Ces cellules mises en cause sont les lymphocytes T CD8 (en anglais CD8 T cells). Elles sont présentes naturellement dans notre système immunitaire et sont capables une fois activées de détruire des cellules infectées de virus ou des cellules cancéreuses. Une équipe de chercheurs, avec notamment la réputée Stanford University en Californie (États-Unis), a découvert que les patients souffrant d’Alzheimer avaient un sous-type de lymphocytes CD8 qui apparaissait de façon plus fréquente que dans la population générale. Les scientifiques ont noté une concentration plus élevée de ces lymphocytes dans les liquides cérébraux. Même si ces cellules semblent être programmées en dehors du cerveau, lorsqu’elles arrivent dans le cerveau elles semblent “prêtes ou disponibles à tuer “. Ces cellules T paraissent particulièrement actives au niveau de l’hippocampe, zone qui joue un rôle fondamental dans la mémorisation. Les chercheurs ne savent pas encore exactement pourquoi ces lymphocytes “tueurs” se dirigent dans certaines zones du cerveau pour détruire probablement des neurones. Si d’autres études confirment le rôle fondamental des lymphocytes T CD8 dans l’apparition de la maladie, des thérapies ciblant ces cellules pourraient permettre peut-être de guérir ou de bloquer le développement de la maladie d’Alzheimer.
[avec des informations de l’agence de presse Keystone – ATS, Pharmapro.ch, site partenaire de Creapharma.ch, est client de cette agence de presse suisse en allemand]
Plus d’informations sur Alzheimer

10 janvier 2020
Maladie de Lyme : Justin Bieber touché
Définition des tiquesLa superstar canadienne Justin Bieber a affirmé sur son compte Instagram le mercredi 8 janvier 2020 souffrir de la maladie de Lyme (borréliose), une maladie véhiculée par les tiques. Cette maladie est due à la bactérie Borrelia burgdorferi. Justin Bieber, si on en croit les recherches sur Google, est probablement le chanteur le plus célèbre des années 2010 en tout cas en Occident. Avec 124 millions d’abonnés à son compte Instagram, il démontre qu’en 2020 il compte toujours parmi les superstars globales. L’artiste affirme souffrir de la maladie de Lyme depuis des années mais n’a été que récemment diagnostiqué.
Plus d’informations sur la maladie de Lyme

09 janvier 2020
Cancer : importante diminution du taux de mortalité aux Etats-Unis
Le taux de mortalité par cancer aux Etats-Unis a diminué de 2,2% de 2016 à 2017, selon un rapport de l’American Cancer Society (ACS) publié le 8 janvier 2020 et repris par différents médias à travers le monde. L’année 2017 était l’année avec le plus grand déclin, depuis le début des années 1990. Cette diminution importante est due notamment à des nouveaux traitements pour soigner le cancer du poumon et de la peau qui augmentent le taux de survie comme dans le mélanome. Le laboratoire pharmaceutique suisse Roche, 2ème laboratoire pharmaceutique au monde en projection du chiffre d’affaires en 2020 d’environ 65 milliards de dollars selon la Handelsblatt (Allemagne) a notamment contribué à cette avancée grâce à ses médicaments anticancéreux comme le Zelboraf® (vemurafenib) indiqué contre le mélanome à un stade avancé. Le rapport de l’ACS mentionne ce médicament de Roche ainsi que le Yervoy® (ipilimumab) de Bristol-Myers Squibb qui est un anti-corps monoclonal, comme le relève le Wall Street Journal. Depuis l’année 1991, le taux de mortalité du cancer a diminué d’environ 30%. Aux Etats-Unis, selon ce rapport, il y aura en 2020 environ 1,8 millions de nouveaux cas de cancer et 600’000 morts par cancer. Pour rappel, la population des Etats-Unis est d’environ 335 millions d’habitants. Désormais aux Etats-Unis le taux de survie à 5 ans du cancer de la prostate est de 92%, celui du mélanome de 92% et du sein de 90%. Par contre le taux de survie à 5 ans du cancer du cerveau est à 36,5% aux Etats-Unis et à 27,2% en France, selon le WSJ.
Plus d’informations sur le cancerPlus d’informations sur les anti-corps monoclonauxCancer de la prostateCancer du sein

02 janvier 2020
cancer du sein travail nuitIntelligence artificielle et détection du cancer du sein
L’intelligence artificielle (IA, en anglais AI) pourrait aider à la détection précoce du cancer du sein selon une étude américaine et britannique. L’étude, menée avec l’IA DeepMind de l’entreprise Google, a été publiée dans la revue Nature (DOI : 10.1038/s41586-019-1799-6) le 1er janvier 2020. Ce programme d’IA a été formé pour détecter le cancer du sein en utilisant des dizaines de milliers de mammographies de femmes habitant au Royaume-Uni et aux États-Unis. L’algorithme a surpassé six radiologues dans la lecture des mammographies, comme le relève le site internet de la BBC. Le nombre de faux positifs dans le groupe de personnes basée aux Etats-Unis a été réduit de 5,7 % et de 1,2 % dans le groupe basé en Grande-Bretagne. De plus, le nombre de faux négatifs dont les résultats sont considérés à tort comme normaux a été réduit de 9,4 % dans le groupe américain et de 2,7 % dans le groupe britannique. Ce programme d’IA de Google n’est toutefois pas encore disponible sur le marché, comme le relevait le Wall Street Journal début janvier 2020. Le cancer du sein est considéré comme la première cause de décès chez les femmes de 40 à 50 ans. On estime que 627’000 femmes dans le monde en sont mortes en 2018 et qu’environ un million de nouveaux cas seront diagnostiqués. En Suisse, environ 6’000 femmes ont contracté un cancer du sein et 1372 en sont mortes. Si la maladie est détectée tôt, elle est guérissable à 90%.
[avec des informations de l’agence de presse Keystone – ATS, Pharmapro.ch, site partenaire de Creapharma.ch, est client de cette agence de presse suisse en allemand, avec des informations provenant également du Wall Street Journal, CNN et BBC]
Plus d’informations sur le cancer du sein

Découvrez les mises à jour de l’année 2019

Découvrez les mises à jour de l’année 2018

Découvrez les mises à jour de l’année 2017

Crédits photos : Fotolia.com, Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 01.05.2020